1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Vide politique en Palestine

La mort de Yasser Arafat laisse certes un vide politique en Palestine, mais selon la communauté internationale elle permet aussi d’espérer une reprise des négociations au moyen-orient. Le défunt président de l’autorité palestinienne, figure controversée de la scène politique ne peut plus servir d’alibi ni aux uns ni aux autres. Chacun devra y mettre du sien. C’est en substance ce que nous livrent les commentaires de la presse allemande ce matin.

Le cerceuil de Yasser Arafat au Caire

Le cerceuil de Yasser Arafat au Caire

La Süddeutsche Zeitung de comparer Arafat à Stalin. Lequel même mort continuait d´inspirer la terreur. L´aura du rais mourant elle aussi est chargée de symbole écrit le journal. A tel point que seule l´idée de sa disparition suscitait il y a quelques jours déjà la crainte du chaos qui pourrait suivre. Aujourd´hui la succession s´avère pourtant pleine de promesse. Non seulement pour le conflit du moyen-Orient mais aussi pour celui opposant le monde arabe à l´occident. Qui veut régler ce dernier doit commencer en Palestine.

Et l´occasion se présente, selon Die Welt qui voit en la fin d’Arafat le début d’une nouvelle ère. Le Président a en effet nuit à la cause palestinienne de par son égocentrisme et la corruption des structures de son pouvoir. Son peuple aura à choisir dans les semaines à venir s’il veut la paix ou préfère s’en remettre aux radicaux. Pour ce faire, l´aide d´Israel est primordiale. Ariel Sharon doit profiter du changement à la tête de l´autorité palestienne en cherchant le dialogue sur la base des accords de Camp David. Il incombera à Georges Bush d´arbitrer, si toutefois il veut entrer dans l´histoire comme un président qui a fait la guerre mais aussi construit la paix ; conclut le journal.

Les Bush, Sharon ou Netanjahu ne doivent pas intervenir estime en revanche la Tageszeitung de Berlin. Du moins tant que la vieille garde de l´OLP n’a pas conforté son statut pour l’instant très instable. On lui reproche un manque de charisme, une corruption massive et son inefficacité. Sa chance réside dans l´amélioration des conditions de vie des palestiniens, l’organisation d’élections démocratiques et le profond remaniement de ses structures pour asseoir sa légitimité en tant que gouvernement provisoire. Ensuite une OLP jeune et intègre pourra prétendre mener à bien les pourparlers en vue de satisfaire les exigences de la Palestine.

« Arafat à toujours été la bonne excuse » titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung faisant allusion au calcul des pays arabes ayant utilisé Arafat à défaut de l´apprécier. Ils pouvaient ainsi détourner l’attention des problèmes existant sur leur propre sol. Tant que le conflit en Palestine n’est pas réglé on ne peut prendre le risque de libéraliser les sociétés arabes. Ainsi s´exprimait leur crédo. Aujourd’hui, affirme le quotidien, l´idée que le plus grand ennemi n´est pas Israel mais le terrorisme fait son chemin dans le monde arabe.

  • Date 12.11.2004
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9ft
  • Date 12.11.2004
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9ft
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !