1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Victoire du camp Ianoukovitch

Le Parti des régions du président Ianoukovitch est crédité de 35% des voix. L'alliance d'opposition, proche de l'ex-Premier ministre emprisonnée Ioulia Timochenko arrive à la deuxième place avec 22% des voix.

Viktor Ianoukovitch, l'actuel président a remporté les élections avec un tiers des voix

Viktor Ianoukovitch, l'actuel président a remporté les élections avec un tiers des voix

Le boxeur Klitchko a créé la surprise même si son score reste encore relativement modeste

Le boxeur Klitchko a créé la surprise même si son score reste encore relativement modeste

Ces élections sont le premier grand scrutin depuis l'arrivée au pouvoir en 2010 du président Viktor Ianoukovitch, proche du Kremlin. Elles sont particulièrement scrutées par l'Occident : le recul de la démocratie en Ukraine est un sujet de préoccupation depuis que l'ex-Premier ministre, l'emblématique Ioulia Timochenko, a été emprisonnée en 2011.

Ce scrutin semble conforter l'assise du Parti des régions du président Viktor Ianoukovitch qui aurait donc obtenu un tiers des voix. Mais s'est-il déroulé sans fraudes ? Les autorités avaient certes équipé les bureaux de webcams qui pouvaient transmettre en direct les images pour prouver la transparence du scrutin. Mais l'opposition et les observateurs craignent que les fraudes se soient déroulées pendant le comptage des voix, qui, lui, n'était pas filmé.

Le parti proche de l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, emprisonnée, n'exclut pas une alliance avec les nationalistes de Swoboda

Le parti proche de l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko, emprisonnée, n'exclut pas une alliance avec les nationalistes de Swoboda

Deux surprises

Outre la victoire du parti du chef de l'État, on peut noter l'arrivée de deux nouveaux venus sur l'échiquier politique, parmi lesquels le boxeur Vitali Klitchko, champion du monde des poids lourds. Son parti l'UDAR (qui signifie "coup") aurait obtenu environ 13% des voix mais il reste prudent : « Il y a quelques mois seulement, le parti UDAR, présidé par un sportif, un champion du monde faisait sourire et ricaner, mais tout d'un coup ces ricanements ont cessé. »

Et puis, deuxième surprise : l'entrée au Parlement des nationalistes d'extrême droite, le parti "Swoboda" (liberté). Ils réclament "l'Ukraine aux Ukrainiens" et s'opposent à la russification de la société par Ianoukovitch.

Le parti de Ioulia Timochenko a fait savoir qu'il était prêt à s'allier à ce mouvement. Le boxeur Klitchko a déclaré vouloir lui aussi une coalition d'opposition, mais il redoute le radicalisme de droite du parti Swoboda.

Archives