1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Vers un parti politique des anti-balaka ?

Alors que les affrontements meurtriers se poursuivent en RCA entre les ex-rebelles Seleka et les anti-balaka dans le centre du pays, les anti-balaka annoncent vouloir transformer leur mouvement armé en parti politique.

default

Des éléments armés non contrôlés tuent partout dans le pays

Selon des témoignages rapportés par l'AFP, la plupart des victimes des affrontements survenus à Bambari (au nord-est de Bangui) ont été massacrées à l'arme blanche ou tuées par balle. Ce qui fait craindre la résurgence des affrontements interconfessionnels du début de l'année à Bangui. Acte délibéré, ou simple coïncidence, les anti-balaka choisissent ce moment pour annoncer leur intention de se transformer en parti politique, comme l'a annoncé Sylvestre Yagouzou, le coordonateur adjoint chargé des opérations des anti-balaka, joint par la Deutsche Welle.

Les Anti-balaka pourraient se dissoudre dans un parti politique

Les Anti-balaka pourraient se dissoudre dans un parti politique

De la création d'un parti politique

A priori, cette décision n'a rien d'anormal, en ce sens que tout citoyen centrafricain qui remplisse les critères définis par la loi en terme de création de parti politique, a le droit de le faire - sans restriction aucune. Cependant, ce qui choque la plupart des analystes, c'est la mauvaise réputation des miliciens anti-balaka. Ces derniers sont régulièrement accusés de perpétrer des massacres à caractère purement ethnique et confessionnel. Dans ces conditions, quelle sera leur idéologie ? Que défendront-ils ? Autant de questions que se posent les observateurs de la vie politique en Centrafrique.

Les populations civiles sont les plus touchées par les crimes de masse

Les populations civiles sont les plus touchées par les crimes de masse

Autre controverse

La division des Anti-Balaka en plusieurs tendances est une grosse épine dans le pied du mouvement rebelle. Une aile dure par exemple reste fidèle à l'ancien président François Bozizé, et une autre qui a prêtée allégeance à la nouvelle présidente de la transition, Catherine Samba Panza. Les deux groupes parviendront-ils à se mettre d'accord sur un minimum de consensus ? Il appartient désormais aux rebelles de faire de leur différence un atout de lutte non armé pour la conquête du pouvoir pour lequel ils ont pris des armes.

Ecoutez ci-dessous l'analyse de Gervais Lakosso, le porte-parole du groupe de travail de la société civile centrafricaine.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !