Vague de protestation anti-nucléaire | Allemagne | DW | 20.09.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Vague de protestation anti-nucléaire

A Berlin, plus de cent mille adversaires du nucléaire ont manifesté ce week- end contre la décision de la coalition conservatrice - libérale de prolonger de 12 ans en moyenne la durée de vie des centrales allemandes

default

Drapeaux anti-nucléaires devant la Chancellerie à Berlin

Issus de tous les milieux de la société, les manifestants pacifiques ont voulu ainsi marquer leur désapprobation vis à vis du gouvernement et de la Chancelière. Selon eux, Angela Merkel a brisé la promesse de son prédécesseur social démocrate, Gerhard Schröder, de renoncer à l'énergie électrique nucléaire d'ici 2021.

Plus de 50 organisations et associations se sont jointes au mouvement de protestation placé sous le slogan : „Energie nucléaire: Stop maintenant". Jamais depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobil en Ukraine en 1986, les manifestants anti-nucléaires ne se sont réunis aussi nombreux. Quelques voix de manifestants:

"Je veux que les anciennes décisions restent valides.""… "Je voudrais que nous abandonnions l’énergie atomique, parce que cette technique n’est pas maîtrisable et qu’il existe des alternatives … "On a l’impression que dans toute l’Europe, les lobbies sont entendus mais pas les citoyens ."… "On ne respecte pas la volonté des électeurs ."

Nombreux sont ceux qui estiment en effet que le gouvernement s'est plié à la volonté des géants du nucléaire" EON, RWE, EnBW et Vattenfall. Ecologistes, syndicalistes, membres de l’opposition, mais surtout de simples citoyens munis de drapeaux, banderoles et ballons jaunes et verts frappés de logos anti-atome ont traversé la capitale pour rejoindre le quartier de la Chancellerie et exprimer leur profond désaccord avec la volte- face de la politique énergétique de l’Allemagne.

La gauche sur le devant de la scène

Parmi les manifestants, de nombreux représentants de l’opposition politique , du parti des Verts, de la gauche radicale ou encore du SPD, le parti social démocrate. Son président Sigmar Gabriel n'a pas manqué l'occasion pour critiquer la politique de la coalition gouvernementale composée des conservateurs de la CDU CSU et de leurs alliés libéraux du FDP :

" CDU/CSU et FDP, ravivent un gros conflit social qui était déjà règlé. Ils disent: non nous continuons avec le nucléaire jusqu’en 2040, peut-être encore plus longtemps. Ils freinent ainsi le développement des énergies alternatives et font gagner des milliards d’euros à quatre groupes énergétiques géants. Et le pire c’est que tout cela se passe lors de négociations secrètes... Même les questions de la sécurité ne sont pas évoquées au Parlement ou au sein du gouvernement, mais dans des entretiens secrets. Il est clair que cela fasse descendre les gens dans la rue!"

Deutschland Bundestag Generalaussprache Sigmar Gabriel SPD

Sigmar Gabriel président du SPD

Sigmar Gabriel a promis en cas de victoire de son parti SPD aux élections législatives en automne 2013 – d’annuler la décision prise par l’actuelle coalition gouvernementale et de respecter le programme de sortie du nucléaire tel que la coalition rouge verte de l’ex -Chancelier Gerhard Schröder l’avait prévu.

Le gouvernement d’Angela Merkel a prévu d'accorder aux 17 réacteurs nucléaires allemands un sursis de 8 à 14 ans supplémentaires, selon leur ancienneté. La dernière centrale nucléaire allemande pourrait cesser son activité à l'horizon 2040. Berlin estime que c'est là le seul moyen de respecter les objectifs de protection du climat, en attendant que les énergies renouvelables puissent couvrir les besoins du pays.

Autor: Marcus Streim/ Philippe Pognan
Editeur: Marie Ange Pieorron