1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Une trève mais jusqu'à quand?

Le cessez-le-feu signé entre Israël et le Hamas est jusqu'à présent respecté mais Tel Aviv a annoncé qu'il riposterait à toute attaque. 163 Palestiniens et trois Israéliens ont été tués en une semaine d'affrontements.

Le calme est revenu dans la bande de Gaza mais l'opinion publique israélienne s'interroge sur l'issue de cette crise qui laisse beaucoup de questions en suspens, notamment sur la sécurité et la viabilité de cette trêve. L'explosion d'un bus hier à Tel-Aviv, qui n'a fait heureusement aucun mort, a rappelé les attentats des années 90 où les bombes explosaient régulièrement dans les autobus, prenant pour cible la population israélienne. Aujourd'hui, ce sont les roquettes des milices islamistes, plus d'une centaine lancée en une semaine, dont la moitié interceptée par des systèmes de protection selon des données fournies par l'armée israélienne. Et l'armée libanaise a désamorcé hier une roquette pointée vers le nord de l'Etat d'Israël et deux autres tirées la veille n'ont pas atteint leur cible.

Avec l'approche des élections en Israël dans deux mois, la campagne va se jouer bien entendu en grande partie sur la question de la sécurité et de savoir si l'Etat hébreu est sorti gagnant de cette confrontation avec le Hamas. Le ministre de la Défense, Ehud Barack a affirmé que oui en mettant en avant les coups portés au Hamas et au Djihad Islamique.

Gaza Konflikt Waffenruhe Benjamin Netanyahu und Ehud Barak

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak

Pas attendre sans bouger

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a pour sa part déclaré qu'il avait voulu donner une chance à la paix : "Lorsque j'ai discuté avec le président américain Barack Obama, nous étions d'accord sur le fait qu'il fallait donner une chance au cessez-le-feu afin de calmer la situation. Et permettre aux citoyens israéliens de retourner á une vie normale. Bien entendu, il est facile à comprendre qu'Israel ne va pas attendre sans bouger pendant que les terroristes continuent à s'armer."

Malgré tout, il n'est pas certain que cela puisse convaincre les électeurs et cela donne une situation assez paradoxale puisqu'aujourd'hui, ce sont les travaillistes et les centristes qui critiquent le Likoud sur la question de la sécurité. Le sentiment qui prévaut dans la presse israélienne c'est en fait que cette trêve est par définition provisoire et que le compte à rebours pour la prochaine confrontation a déjà débuté.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !