1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

REVUE DE LA PRESSE

Une leçon pour Donald Trump

Les journaux reviennent sur l'arrestation de deux Allemands en Turquie, et les éditions en ligne commentent les nouvelles sanctions qui ont été votées contre la Corée du Nord et revues à la baisse par les Etats-Unis.

C'est déjà la septième fois que le Conseil de Sécurité vote des sanctions contre la Corée du Nord. Et cela ne fait aucun doute, affirme la tageszeitung, la taz sur son site Internet: la communauté internationale se devait de réagir à l'essai nucléaire opéré par le régime de Pyongyang la semaine dernière. Mais pour le quotidien, c'est une bonne chose que les Etats-Unis n'aient pas réussi à imposer l'embargo total sur le pétrole comme ils le prévoyaient.

Nordkorea Kim Jong-un (Reuters/KCNA)

Le gel des avoirs de Kim Jong-Un a été retiré des sanctions

Cela n'aurait fait qu'aggraver le conflit, écrit la taz. Le pétrole est l'artère vitale de tout pays. Un embargo complet aurait eu des conséquences tragiques non pas pour le régime - le pouvoir de Pyongyang n'est pas bête, souligne la taz, cela fait longtemps qu'il a fait des réserves d'or noir – mais bien pour la population, dont les conditions de vie se seraient encore dégradées.

Pour l'édition en ligne de l'hebdomadaire der Spiegel, c'est une leçon pour Donald Trump. Ce nouveau train de sanctions montre au président américain les limites de son pouvoir: s'il veut éviter une guerre, écrit le commentateur, il doit composer avec la Chine et la Russie, et non contre elles.

La guerre diplomatique aura-t-elle lieu entre l'Allemagne et la Turquie?

Suite à de nouvelles interpellations de citoyens allemands en Turquie, le ministère des Affaires étrangères n'exclut pas de déconseiller à ses ressortissants de se rendre dans ce pays.

Il serait bon que le gouvernement allemand garde son calme, juge la Landeszeitung, et qu'il ne brandisse pas cette arme diplomatique.

Türkei Istanbul Internationaler Flughafen (Getty Images/AFP/O. Kose)

L'aéroport international d'Istanbul

Le comportement d'Erdogan est déjà une mise en garde en soi, affirme le journal de Lüneburg. Il est incorrigible. C'est pour cela que toutes les déclarations qui ont été faites jusqu‘à présent n'ont eu aucune conséquence. La seule chose qui pourrait être efficace, selon la Landeszeitung, c'est un arrêt des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union Européenne. Et ce tant qu'Erdogan est au pouvoir.

Le Tagesspiegel est mitigé: certes, des représentants avisés de la classe politique allemande répètent que leurs critiques s'adressent à l'autocrate Erdogan et non aux Turcs dans leur ensemble. Mais une mise en garde officielle contre les voyages en Turquie réduirait au minimum les échanges sociaux avec ce pays. Et d'un autre côté, écrit le Tagesspiegel, si le gouvernement turc continue à faire régner l'arbitraire, s'il refuse les visites consulaires aux Allemands incarcérés, alors ce pas diplomatique peut devenir nécessaire.

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !