1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Une force de paix de l'Onu au Mali

La Minusma, c’est le nom de cette force de maintien de la paix dont la création a été adoptée ce jeudi, à l'unanimité, par le conseil de sécurité de l’Onu.

12.600 hommes, dont 11.200 soldats et 1.440 policiers, c'est l'effectif de cette force dont la mission sera de stabiliser les centres urbains essentiels du nord du pays et empêcher le retour de combattants armés dans cette zone. La résolution adoptée ce jeudi à l'unanimité des quinze membres du conseil de sécurité de l'Onu, précise cependant que ces casques bleus n'auront pas pour mission de lutter contre le terrorisme. Cette tâche sera laissée à l'armée française dont un millier de soldats devraient rester sur place en appui de la Minusma, la  Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali. Pour la France qui a pesé de tout son poids afin que l'Onu endosse cette force internationale, la résolution adoptée ce jeudi est un succès. Pour le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, cette résolution confirme "le soutien unanime de la communauté internationale à la stabilisation du Mali ainsi qu'à l'intervention de la France et des Etats de la région pour venir en aide au Mali". Le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle, a également salué l’adoption de cette résolution, une preuve dit-il, que la communauté internationale n’a pas abandonné le Mali.

Au Mali, on applaudit

Pour le Ministre malien des affaires étrangères, Tieman Coulibaly, qui était présent aux Nations unies, lors de l'adoption de cette résolution, il s'agit  "d'un pas important en vue de mettre un terme aux activités des groupes terroristes et des groupes armés dans le nord du Mali".

Autre réaction, celle de Tiebilé Dramé. Il est le président du Parena, le Parti pour la Renaissance Nationale et candidat à la prochaine présidentielle :

« Nous avons là un mandat à la fois claire et robuste. Il s’agit de combattre le terrorisme sous le chapitre 7 de la charte de l’Onu. En outre, une précaution a été prise pour qu’il y ait des forces françaises en appui aux casques bleus. Des forces françaises qui auront l’expertise nécessaire pour appuyer les troupes onusiennes. Cela permettra à la communauté internationale de s’acquitter efficacement de sa mission au Mali et de défaire les jihadistes. »

Selon la résolution 2100, les Casques bleus aideront aussi les autorités maliennes à instaurer "un dialogue politique national", organiser des élections "libres, équitables et transparentes", et promouvoir la réconciliation avec les Touaregs du Nord.

La création de la Minusma régle aussi une question importante, celle du financement de l'intervention militaire au Mali. C'était une véritable préoccupation pour les pays africains. Désormais, c'est l'Onu qui va payer la facture. Et un homme devrait gérer tout ce dossier. Il s'agit du Néerlandais Albert Gerard Koenders, chef de l'Onuci, la mission des Nations unies en Côte d'Ivoire. Dans les couloirs de l'Onu, il se murmure que c'est lui qui sera le patron de la Minusma.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !