1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Une femme voit rouge

En première page des quotidiens allemands aujourd'hui : la Hesse et les tribulations du SPD, le conflit tarifaire dans la fonction publique et la politique étrangère de George Bush.

default

Celle par qui le scandale pourrait de nouveau arriver. Le SPD veut flirter avec Die Linke pour prendre le pouvoir à Wiesbaden.


Le président américain est en une de die Welt. A quelques jours du sommet de l'OTAN à Bucarest, George Bush veut faire entrer l'Ukraine et la Géorgie dans l'alliance atlantique, heurtant de front ses alliés européens dont Berlin.

Dans ce contexte, la Süddeutsche Zeitung explique pourquoi le locataire de la Maison Blanche abandonne sa demande d'envoyer des soldats allemands dans le sud de l'Afghanistan, ce que Berlin refuse. Avant le sommet, George Bush veut éliminer un important motif de discorde. Washington sait qu'Angela Merkel ne changera pas d'avis. Apparemment, le Texan a compris que la fameuse lettre comminatoire de son ministre de la Défense en février dernier avait été tout sauf productive. A Bucarest pourtant, les USA vont certainement exiger une contrepartie de leurs alliés. Le quotidien de Munich se penche aussi en première page sur la menace de grève dans le service public. Le syndicat Verdi veut empêcher que les salariés des postes allemandes travaillent 41 heures par semaine au lieu de 38,5 pour le même tarif.

La fermeté du syndicat Verdi découle un peu des succès obtenus lors du conflit dans les chemins de fer, note la Braunschweiger Zeitung. Depuis ce succès, les grands syndicats ne peuvent plus se permettre de faiblesse. Ceci réjouira peut-être les salariés, mais pas le contribuable.

Même constat dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung qui se penche aussi dans ses colonnes sur le congrès régional du SPD en Hesse qui accepte finalement de flirter avec le parti de La Gauche pour prendre le pouvoir dans cette région. Chat échaudé craint l'eau froide, dit la sagesse populaire, un adage qu'Andrea Ypsilanti et le SPD semblent ignorer. Ce n'est là qu'une nouvelle variante de la tentative, déjà avortée, de forcer la porte de la chancellerie. Cette fois pourtant, madame Ypsilanti mure en même temps l'autre porte, celle d'une grande coalition avec la CDU.

La Tageszeitung, illustre ce changement de cap avec un cliché un une à l'encre rouge de la candidate SPD et la légende : « une femme voit rouge ».

Pour la Frankfurter Rundschau, c'est maintenant l'heure de la paralysie politique. Tout simplement parce que le gouvernement, CDU, est en mesure de bloquer toutes les décisions voulues par la majorité de gauche au parlement régional. Il serait temps d'arrêter cette politique d'obstruction systématique, conclut le quotidien.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !