Une femme à la tête de l′Eglise protestante d′Allemagne | Allemagne | DW | 28.10.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Une femme à la tête de l'Eglise protestante d'Allemagne

Margot Käßmann vient d’être élue présidente du Conseil de l'Eglise protestante d'Allemagne. L’évêque régionale de Hanovre succède à Wolfgang Huber. C’est la première femme à occuper ce poste.

default

Il y a dix ans, Margot Käßmann était devenue évêque régionale de Hanovre.

« Je pense que cela doit être clair au sein de l'Eglise protestante: chaque fonction peut être exercée aussi bien par une femme que par un homme. »

Margot Kässmann

L'évêque charismatique était considérée comme favorite pour le poste de président du Conseil de l'Eglise protestante d'Allemagne.

Cette phrase, Margot Käßmann l'a prononcée il y a six ans déjà, lors de la précédente élection du président du Conseil de l'Eglise protestante d'Allemagne. Cette fois-ci, les représentants de l'Eglise lui ont donné raison. C'est donc une femme qui, pour les six ans à venir, sera chargée de représenter 25 millions de protestants. Agée de 51 ans et mère de quatre filles, la théologienne a été pendant cinq ans secrétaire-générale du Kirchentag, le rassemblement des Eglises protestantes allemandes. En 1999, elle devient évêque de la plus grande Eglise régionale d'Allemagne, dans le Land de Basse-Saxe. Mais la vie de Margot Käßmann est aussi marquée de crises personnelles : il y a trois ans, elle a eu un cancer du sein.

« C'est aussi là que ma foi s'est affirmée. Pour moi, la foi n'est pas quelque chose qui se manifeste seulement dans les moments heureux, mais justement dans les moments difficiles. De savoir que mon destin était dans les mains de Dieu, c'était pour moi un sentiment décisif. »


EKD-Vorsitzender Bischof Wolfgang Huber zu Besuch im Funkhaus

Margot Käßmann succède à Wolfgang Huber, qui prend aujourd'hui sa retraite.

Quelques mois après sa guérison, Margot Käßmann divorce. Un choc pour certains chrétiens conservateurs, mais pour beaucoup d'autres protestants, le parcours de l'évêque reflète simplement les réalités de la vie.

« A mon avis les gens veulent pouvoir s'identifier à quelqu'un qui a lui-même vécu des difficultés et des échecs. Je ne connais personne dont la vie est parfaite et sans problème. »

Margot Käßmann a remercié les membres du Conseil de l'Eglise protestante d'Allemagne de l'avoir choisie. Elle a promis de poursuivre les réformes engagées, malgré la baisse du nombre de fidèles et les problèmes financiers de l'institution.

Aude Gensbittel / Audrey Parmentier