1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Une conférence d'entente controversée au Mali

Du 27 mars au 2 avril se tiendra la Conférence d'entente nationale au Mali. Elle est censée élaborer une charte pour un retour à la paix. Mais 5 jours, c'est peu, tant les tâches sont immenses.

Écouter l'audio 04:39

'Les enjeux sont très politiques avant le scrutin de 2018' (Ibrahim Maïga, ISS bureau Bamako)

Au Mali, la Conférence d'entente nationale aura lieu du 27 mars au 2 avril. La date a été fixée à l'issue d'un conseil extraordinaire des ministres. Son objectif est, comme prévu par l'Accord de paix, d'aboutir à une charte de réconciliation des Maliens, axée sur trois grands thèmes : la pacification, la réconciliation et l'unité territoriale du pays. Les réactions sont mitigées, au Mali. Si certains sont enthousiastes, d'autres sont plus sceptiques.

 


Enfin discuter ensemble


La conférence doit être présidée par le Médiateur de la République. Trois cents participants sont attendus à Bamako pour discuter pendant cinq jours de la situation… Cinq jours, c'est peu pour régler tous les problèmes, mais c'est déjà ça, de l'avis d'Ibrahim Garicko, directeur de la Radio rurale de Menaka, dans le nord du pays.

« Ici, à Menaka, les gens pensent que c'est salutaire. Que c'est une façon de prendre en considération les préoccupations des communautés. C'est le lieu le mieux indiqué où les gens peuvent échanger, discuter et se dire la vérité. »

Gemeinsame Patrouillie von Rebellen und Soldaten in Mali (picture alliance/dpa/B.Ahmed)

Patrouille commune en février, à Gao

Menaka, où il y a quelques jours, un responsable du GATIA a été assassiné chez lui. Le GATIA est un groupe pro-gouvernemental actif dans le nord du Mali. Cet incident rappelle à quel point la situation est volatile dans le Nord : des groupes armés continuent de sévir, le cantonnement promis n'est pas effectif, les autorités intérimaires n'ont toujours pas pu commencer à travailler à Gao et Kidal. Idem dans le centre du pays, où des jihadistes commettent des violences et où les conflits fonciers perdurent entre éleveurs et cultivateurs. Sans oublier les réfugiés maliens toujours nombreux dans les pays voisins.
 

2018 dans le viseur


Des voix dénoncent une conférence « bâclée » et réclament plus de temps. Ils soupçonnent un « agenda politique caché » du chef de l'Etat. En clair : que l'important, pour le président Ibrahim Boubacar Keita, c'est avant tout d'organiser un grand événement, visible à l'extérieur par ses partenaires internationaux, comme le sommet Afrique/France de janvier ou la réunion du G5 Sahel à Bamako, mais aussi à l'intérieur, dans l'optique d'une pré-campagne pour la présidentielle de 2018, à laquelle IBK pourrait bien être candidat, en se posant comme celui qui a ramené la paix. Quitte à miser sur des événements spectaculaires au détriment du vrai dialogue local entre les communautés. Les enjeux sont effectivement politiques, confirme Ibrahim Maïga. Ce chercheur à l'Institut d'Etudes de Sécurité de Dakar, basé à Bamako, résume les deux principaux points de vue vis-à-vis de cette conférence :

« Si vous regardez de près ce qui est demandé par l'opposition politique, c'est – au-delà des thématiques « unité, réconciliation, paix » - c'est un bilan de l'action du président IBK et de sa gestion de la situation depuis son accession au pouvoir en 2013. »

 

Mali Bamako Panorama (picture-alliance/dpa/O. Lang)

Bamako, loin des véritables foyers de crise

Pourquoi donc réunir le dialogue à Bamako, loin des foyers de crise du pays ? Pourquoi ne pas avoir consulté davantage les populations au niveau local, des cercles puis des régions ? Un autre chercheur malien nous confie qu'à Douentza, dans la région de Mopti, on se demande comment ont été choisis les émissaires qui iront à Bamako.


Appui de la Minusma

Jointe par la DW, la Minusma indique qu'elle assurera le transport sécurisé des participants venus des quatre coins du pays. En amont, elle a fourni son appui par ses activités de plaidoyer en vue de faciliter le dialogue et de rapprocher les points de vue, mais également par le biais de la provision d'expertise durant les travaux préparatoires, ce que la mission de l'ONU au Mali continuera de faire pendant la conférence.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !