1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Un tournant dans l'histoire de l'Eglise catholique?

Lors de son voyage de huit jours en Equateur, en Bolivie et au Paraguay, le pape François a délivré un message fort contre les inégalités sociales.

Papst Franziskus Paraguay Asuncion Messe

Le pape a cherché le contact avec la population, ici dans une banlieue d'Asuncion au Paraguay

"Le pape Francois cherche à œuvrer main dans la main avec les organisations sociales", relève le quotidien Südwest-Presse. "Ce sont ces organisations qu'il veut gagner comme collaborateurs pour un monde plus juste et plus fraternel. Ses déclarations ne marquent pas moins qu'un changement d'époque, estime l'éditorialiste. Jamais auparavant un chef de l'Eglise catholique ne s'est positionné aussi loin à gauche sur le plan politique. Le tollé d'indignation des milieux cléricaux et politiques conservateurs lui est ainsi assuré. Le pape Francois exhorte les humains à s'amender de manière sincère dans leur conduite et dans leur coeur, ce n'est que comme cela selon lui que l'on arrivera à mettre durablement en place des structures plus justes. Mais, en Bolivie comme ailleurs, tous ne veulent pas entendre ce message ! constate l'éditorialiste.

Brüssel EU Regierungsgipfel zu Griechenland Merkel Tsipras Hollande

Le pape Francois accompagné d'enfants et du président bolivien Evo Morales à El Alto


Le quotidien conservateur Die Welt lui se montre critique et estime que " le discours du pape en Amérique latine était marqué par une pensée simpliste en noir et blanc, et ne correspond en rien à la réalité de ce continent. Le pape croit-il vraiment pouvoir faire rentrer ainsi ses ouailles égarées au bercail? Non, il va perdre encore un peu plus de fidèles là-bas, comme dans le reste du monde", pense l'éditorialiste...

Troisième plan d'aide pour la Grèce

Belgien Euro-Gipfel erzielt Einigung bei Griechenland Pressekonferenz

La Chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le président francais Francois Hollande ont eu de longs entretiens à trois

"Il semble que les politiciens concernés aient enfin fait leur travail ! Juste à temps !, se réjouit le quotidien de Francfort, Frankfurter Rundschau. Un travail qui ne peut pas consister à poursuivre une confrontation idéologique des mois durant, mais à parvenir à des compromis pour le bien de tous. Finalement, on peut se réjouir de pouvoir éviter un „Grexit“ et de préserver l'union monétaire. En outre, l'Europe aide un peuple qui souffre à sortir d‘une crise aiguë..." se félicite l'éditorialiste.

Papst Franziskus in Bolivien

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (à g.), le président du Conseil européen, Donald Tusk (à dr.) et le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem lors de la conférence de presse finale à Bruxelles


Le quotidien Mittelbayerische Zeitung est plus critique: "Même avec un compromis accepté par la BCE et le FMI, comme par les pays membres de la zone euro, le dommage est irréparable. Car toutes les règles que se sont données les états de l'union monétaire ne valent même pas le papier sur lesquelles elles sont fixées. La BCE ne peut soutenir des banques en faillite ? Mais elle l'a déjà fait ! Aucun pays membre de la zone euro ne peut être sauvé de la faillite par les autres? C'est pourtant exactement ce qui se passe maintenant !, critique l'éditorialiste. Et le nouveau fond de secours MES, le Mécanisme européen de stabilité, qui ne doit intervenir que lorsque toute la zone euro est menacée et que s'il est probable que le pays secouru puisse un jour rembourser ses dettes, ce MES donc, jette déjà lors de sa première intervention tous ses principes par-dessus bord! "

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !