Un sommet sur fond de turbulences pour l′Union africaine | Archives Afrique | DW | 29.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Un sommet sur fond de turbulences pour l'Union africaine

L'Union africaine tient dimanche et lundi à Addis Abeba son 18e sommet, dominé par une bataille pour la présidence de son organe clé, la Commission, dans de somptueux nouveaux locaux offerts la veille par la Chine.

default

La nouvelle salle plénière de l'UA

Jia Qinglin, membre du comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois, était l'invité d'honneur de ce sommet, dans un siège que son pays a construit et offert pour 200 millions de dollars.

Gipfel Afrikanische Union Addis Abeba

Le secrétaire général de l'ONU a créé la surprise

Lors de son discours d'ouverture, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé dimanche à Addis Abeba les dirigeants africains à écouter davantage leur peuple et à tirer les leçons des révolutions arabes. Il a estimé que les révolutions arabes avaient été « à la fois une source d'inspiration mais aussi un rappel que les dirigeants doivent écouter leur peuple, et que nous devons tous faire mieux ». Le patron de l'ONU a également causé la surprise en appelant les dirigeants africains à relever le "défi" que constitue la défense des droits des homosexuels.

Ce 18e sommet de l'Union africaine s'ouvre sur une coulisse de nombreux litiges difficiles à résoudre. Par exemple, le partage des ressources pétrolières et des questions frontalières entre le Soudan et le Soudan du Sud. Le chef de l'État béninois, Boni Yayi, élu dimanche président de l'Union africaine, a appelé Juba et Khartoum à "avancer vers la démocratie". Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait estimé de son côté que la crise entre le Soudan et le Soudan du Sud avait atteint "un point critique ", devenant "une menace majeure pour la paix et la sécurité" régionales.

Boni Yayi a également appelé au calme dans la région du Sahel et au Nigeria, assurant du "soutien du continent pour que la paix revienne". Le Nigeria a été frappé ces dernières semaines par une série d'attaques sanglantes revendiquées par le groupe islamiste Boko Haram.

Senegal Wahl

L'opposition sénégalaise est contre un troisième mandat du président Wade

Nouveau sujet d'inquiétude : le Sénégal et avec l'absence fort remarquée de son chef d'État Abdoulaye Wade. De fait, l'opposition et la société civile sénégalaises s'insurgeaient toujours dimanche contre le chef de l'Etat dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel sur les recours déposés contre la validation de sa candidature à un troisième mandat à la présidentielle de février prochain. Après les graves violences - un policier a été tué - qui se sont produites dans la nuit de vendredi à samedi, le calme est pourtant revenu à Dakar et dans le reste du pays.

Enfin, l'élection du nouveau président de la Commission, l'organe exécutif de l'organisation obligera les dirigeants africains à choisir entre le président sortant, le Gabonais Jean Ping, et la prétendante à ce poste qui n'est autre que la ministre sud-africaine de l'Intérieur, Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne ministre des Affaires étrangères. Ici, l'Afrique du Sud tente de faire usage de toute son influence pour imposer sa candidature.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Mulay Abdel Aziz

L'Afrique en débat (Magazine)

Audios et vidéos sur le sujet