1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Un siège de différence en Basse Saxe

A huit mois des élections législatives allemandes, le centre-gauche allemand - actuellement dans l'opposition - a remporté à une très courte majorité les élections en Basse-Saxe, région du nord de l'Allemagne.

SPD-Spitzenkandidat Stephan Weil feiert am 20.01.2013 auf der Wahlparty der SPD in Hannover (Niedersachsen) am Abend der Landtagswahl 2013 in Niedersachsen. Foto: Rolf Vennenbernd/dpa +++(c) dpa - Bildfunk+++

Le leader du SPD Stephan Weil, peut enfin se réjouir de sa victoire après une nuit de suspense

Niedersachsens Ministerpräsident David McAllister (CDU) verlässt am 20.01.2013 in Hannover am Abend der Landtagswahl 2013 in Niedersachsen die CDU Wahlparty. Foto: Christian Charisius/dpa +++(c) dpa - Bildfunk+++

Le populaire ministre président de Basse-Saxe, David McAllisterde la CDU, a perdu le scrutin

Jusqu'à la dernière minute, chacun des deux camps a pu espérer la victoire, chacun ayant obtenu 50% des voix. Le suspense aura en effet duré jusqu'à presque minuit . Et puis le résultat est tombé: c'est bien le SPD, le Parti social démocrate et les Verts, qui, en coalition, obtiennent la majorité avec 46,3% des voix, contre 45,9% à l'Union chrétienne démocrate (CDU) et les libéraux du FDP. Autrement dit, un seul siège de différence. Cela n'a pas empêché le futur ministre président de la région, Stephan Weil, de déclarer "qu'une majorité d'une voix peut être très stable."

Score enviable des Libéraux

La surprise de ces élections: le score élevé et innattendu du parti Libéral soutenu par des électeurs de la CDU

La surprise de ces élections: le score élevé et innattendu du parti Libéral soutenu par des électeurs de la CDU

Et bien d'abord, une surprise: le petit parti libéral que l'on disait moribond a affiché un score étonnant de près de 10%. Pourtant ce matin, son chef, le ministre de l'Economie Philipp Rösler a présenté sa démission, pour finalement rester en poste. En réalité, par un phénomène de vases communiquants, de nombreux électeurs du parti de la chancelière, la CDU, ont donné leur voix aux Libéraux pour essayer de maintenir la coalition au pouvoir. Le résultat: l'Union chrétienne de la chancelière affiche une perte de plus de 6,5 points par rapport à son score de 2008. Une quatrième défaite dans un "Land", une région importante, durant ce deuxième mandat d'Angela Merkel: cela veut dire aussi perte de la majorité à la chambre basse du Parlement. Et donc blocage possible des projets de lois gouvernementaux...

Espoir pour l'opposition

Et cela n'était pas gagné d'avance. Car le chef de file du SPD aux législatives de septembre prochain, Peer Steinbrück, a multiplié les déclarations maladroites face à une chancelière très populaire. Mais le scrutin s'est plutôt décidé localement. Ce résultat est en tous cas interpété par les ténors du parti social démocrate comme la chance d'arriver au pouvoir en septembre. Avec l'aide substantielle du parti écologiste, qui se targue d'un résultat record et devient un des éléments majeurs du paysage politique allemand. A la différence de la gauche, die Linke, et du nouveau parti des Pirates, qui n'ont pas suffisemment de voix pour entrer au Parlement régional.