Un président ″culotté″ et ″indigne″ de ce poste | Vu d′Allemagne | DW | 03.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Un président "culotté" et "indigne" de ce poste

Les médias s’insurgent contre le président allemand Christian Wulff accusé de "tentative de censure". Les éditorialistes entendent bien défendre le principe de liberté de la presse.

Christian Wulff va-t-il pouvoir rester président ?

Christian Wulff va-t-il pouvoir rester président ?

Levée de boucliers générale contre Christian Wulff dans la presse du mardi 3 janvier 2012. Embourbé dans une affaire de conflits d'intérêts, le chef d'Etat est désormais accusé d'avoir fait pression sur des journalistes pour qu'ils ne publient pas certaines informations. Il n'est décidément pas digne de ce poste : c'est le message délivré par les différents quotidiens allemands, toutes tendances confondues.

Die Welt, tout d'abord, s'interroge : quel homme peut décemment croire qu'il peut freiner des journalistes dans leur quête de la vérité ? Non seulement Christian Wulff a bafoué la liberté d'expression en essayant de stopper les recherches entreprises par le quotidien populaire Bild sur son étrange crédit de 500.000 euros ; mais il a aussi enfreint les règles de la société. Pour le journal, il n'y a pas de droit du plus fort qui prévaut en Allemagne !

Le président allemand lors des voeux de Noël

Le président allemand lors des voeux de Noël

Christian Wulff n'a décidément pas la carrure de président, note de son côté la Süddeutsche Zeitung. Il a oublié qu'il dirige un Etat et non plus une région ou une ville. Il est vrai que tous les journalistes locaux connaissent ce genre de pressions par des députés ou des maires qui tentent de les empêcher de publier un article. Mais un président de la République fédérale qui met à mal le principe de la liberté d'expression pourtant garanti par la Constitution, n'est pas digne d'être président, conclut le journal.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung axe également son éditorial sur ces principes sacrés de liberté de presse et d'information. Les journalistes doivent continuer à faire leur travail, c'est-à-dire défendre ces principes, et ce, malgré les menaces des politiciens, note la F.A.Z.

Wulff aurait fait pression sur le tabloïd allemand Bild pour qu'il ne publie pas certaines informations

Wulff aurait fait pression sur le tabloïd allemand Bild pour qu'il ne publie pas certaines informations

Quel homme hypocrite, écrit encore die tageszeitung. Christian Wulff a publié un communiqué hier dans lequel il défend le principe sacré de la liberté d'expression. C'est culotté de la part de quelqu'un accusé de tentative de censure. Die taz poursuit que s'il restait à Wulff encore un peu de crédibilité suite à l'affaire de prêt privé, c'en est maintenant terminé. Le président a franchi le Rubicon en menaçant le rédacteur en chef de Bild. Mais, pour die tageszeitung, ce dernier est aussi louche. Des questions restent en suspens : comment un message téléphonique de Wulff sur la messagerie vocale d'un journaliste a pu être envoyé aux autres médias ? Et surtout pourquoi avoir attendu plusieurs semaines pour en parler alors que cette menace date du 12 décembre ? Cette nouvelle arrive alors que la pression autour de Wulff était retombée. Il y a comme un malaise dans cette nouvelle affaire, conclut die taz, car elle montre comment un média peut garder certaines informations en poche pour les ressortir quand bon lui semble.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Mireille Dronne

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !