1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Un policier condamné pour la mort d'Oury Jalloh

Il aura fallu deux procès : un tribunal de Magdebourg a jugé un policier coupable d'homicide involontaire, dans l'affaire Oury Jalloh. Ce Sierra-Léonais avait été retrouvé mort brûlé dans une cellule de police en 2005.

Le tribunal de grande instance de Magdebourg a été au-delà des réquisitions du parquet

Le tribunal de grande instance de Magdebourg a été au-delà des réquisitions du parquet

Le 7 janvier 2005, Oury Jalloh, jeune immigré d'origine sierra-léonaise et demandeur d'asile en Allemagne est retrouvé mort - brûlé vif - dans une cellule d'un commissariat de police à Dessau, dans l'est de l'Allemagne.

Quelques heures plus tôt, visiblement ivre, il aurait importuné deux Allemandes juste à la sortie d'une boîte de nuit. La police intervient. Une violente altercation éclate alors entre Oury Jalloh et les fonctionnaires, qui cherchent sans succès à établir l'identité du jeune immigré.

Il est amené au commissariat et placé dans une cellule, mains et pieds attachés. Peu avant minuit, la cellule prend feu. La police arrive trop tard. Le jeune Sierra-Léonais est calciné par le feu.

Ses amis se mobilisent

En 2011, Mouctar Bah, un ami de Oury, nous avait raconté sa version de faits :

« Oury Jalloh, le 6 janvier 2005, il voulait partir avec moi en boîte, mais malheureusement je travaillais jusqu'à 23 heures, je ne pouvais pas venir avec lui. Il m'a laissé dans mon télécafé et il est parti en boîte. Et le lendemain à 9h45, ils nous ont révelé qu'un demandeur d'asile était mort dans la cellule de la police et qu'il était attaché aux mains et aux pieds. »

Landgericht in Magdeburg Prozess Oury Jalloh

Un observateur présent au tribunal jeudi ne peut cacher sa colère à l'annonce de la peine

Choqués par les circonstances de la mort du jeune homme, Mouctar Bah et d’autres amis d'Oury Jalloh décident alors de mettre en place une initiative pour faire la lumière sur les circonstances de sa mort. Dans la foulée, la famille d'Oury Jalloh se porte partie civile.

La Cour de Karlsruhe intervient

Fin 2008, soit trois ans après les faits, les deux policiers accusés de meurtre sont acquittés par un premier tribunal, à Dessau. La décision du juge déclenche de vives réactions en Allemagne. On parle même de racisme institutionnel. Mais les avocats de la victime réussissent à faire casser la décision par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe.

L'affaire est donc relancée. Finalement, le tribunal de grande instance de Magdebourg, qui a repris le dossier Jalloh, a donné raison ce jeudi 13 décembre à la famille d'Oury Jalloh. Un policier a été reconnu coupable d'homicide involontaire. Il devra payer une amende de 10.800 euros.

Ci-dessous, la réaction de Komi E., membre fondateur de l'Initiative Oury Jalloh, recueillie par Yosr Ferchichi.

Écouter l'audio 01:20

« Nous allons continuer la lutte pour que justice soit faite »

Archives

Allemagne Magazine

Audios et vidéos sur le sujet