Un plan de sauvetage de près de 500 milliards d′euros | Allemagne | DW | 13.10.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Un plan de sauvetage de près de 500 milliards d'euros

Après avoir longtemps tergiversé, l'Allemagne a finalement adopté un plan de sauvetage des banques d'un volume de 480 milliards d'euros. Les députés des deux chambres du Parlement se prononceront en fin de semaine.

Bundeskanzlerin Angela Merkel gibt nach einer Kabinettsitzung ueber die Finanzkrise am Montag, 13. Oktober 2008 in Berlin eine Pressekonferenz. Das Kabinett beriet ueber das 470 Milliarden Euro schwere Rettungspaket fuer den deutschen Finanzsektor. (AP Photo/Herbert Knosowski)----German Chancellor Angela Merkel holds a news conference after a meeting of her cabinet in Berlin, Germany, Monday, Oct. 13, 2008, focusing on the financial crisis. German leaders worked Monday to tie up a rescue package for their banking system that officials said could be worth as much as Euro 400 billion (US$543 billion)part of a coordinated effort to shore up the euro zone's financial sector. (AP Photo/Herbert Knosowski)

Une garantie de 400 milliards d'euros sur les prêts interbancaires et 80 milliards d'euros pour recapitaliser les banques en difficulté. Voici la teneur du plan de sauvetage qu'Angela Merkel présentait cet après-midi devant la presse :

Bundeskanzlerin Angela Merkel, rechts und Aussenminister Frank-Walter Steinmeier gehen zu einer Kabinettsitzung ueber die Finanzkrise am Montag, 13. Oktober 2008 in Berlin. Das Kabinett beriet ueber das 470 Milliarden Euro schwere Rettungspaket fuer den deutschen Finanzsektor. (AP Photo/Herbert Knosowski)----German Chancellor Angela Merkel, right, and Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier arrive at a meeting of the cabinet in Berlin, Germany, Monday, Oct. 13, 2008, focusing on the financial crisis. German leaders worked Monday to tie up a rescue package for their banking system that officials said could be worth as much as Euro 400 billion (US$543 billion)part of a coordinated effort to shore up the euro zone's financial sector. (AP Photo/Herbert Knosowski)

Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier, et Angela Merkel en conseil des ministres

« Nous avons fait aujourd'hui le premier pas en direction d'une nouvelle constitution des marchés financiers. Le projet sera proposé dès vendredi au vote des députés du Bundestag et du Bundesrat. Il sera ensuite soumis au président de la République. Il pourra ensuite entrer immédiatement en vigueur. »

Une rapidité législative inédite dans l'histoire de la République fédérale. Il faut dire que le temps presse, notamment après le sauvetage in extremis de la quatrième banque allemande, la Hypo Real Estate, spécialisée dans l'immobilier. Les banques, qui bénéficieront du plan de sauvetage de la chancelière, seront placées sous surveillance:

Die CDU-Vorsitzende und Bundeskanzlerin Angela Merkel legt am Montag, 13. Okt. 2008, vor Beginn einer Sitzung des CDU-Bundesvorstands in Berlin ihre Unterlagen auf den Tisch. (AP Photo/Miguel Villagran) --- Angela Merkel, German Chancellor and Chairwoman of the Christian Democratic Union CDU party, prepares her documents as she attends a party leaders' meeting in Berlin, Monday, Oct. 13, 2008. (AP Photo/Miguel Villagran)

« L'Etat redonne confiance aux marchés financiers en apportant une garantie aux prêts opérés. Pour amortir les risques liés à cette garantie, nous créons « un fonds de stabilisation » composé notamment d'une somme de 20 milliards d'euros correspondant à 5% du montant des garanties. Les instituts de crédit ont par ailleurs la possibilité de disposer d'une aide à la recapitalisation. Mais ils seront surveillés, notamment en ce qui concerne le salaire de leurs dirigeants, l'octroi de crédits aux petites et moyennes entreprises, et le partage des gains. »

Les finances de l'Etat vont en tous les cas souffrir de la mise en place de ce plan. Angela Merkel et son ministre des Finances ont reconnu qu'il faudrait abandonner l'objectif d'équilibrer le budget de l'Etat fédéral en 2011.