Un peu d′optimisme à Copenhague | International | DW | 08.12.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Un peu d'optimisme à Copenhague

Aujourd'hui, les participants devraient entrer dans le vif du sujet, autrement dit plancher sur un accord concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et la tendance est plutôt à l'optimisme.

default

Connie Hedegaard, la présidente de la conférence, et Yvo de Boer remercient Leah Wickham pour la pétition

Les émissions de gaz à effet de serre sont une menace pour la santé publique. C'est ce qu'a déclaré l'Agence américaine de protection de l'environnement.

US-Umweltbehörde EPA

Lisa Jackson, directrice de l'Agence américaine de protection de l'environnement

Et cette phrase est loin d'être anodine: pour la première fois, les Etats-Unis reconnaissent ainsi la nécessité de réguler ces émissions. A cela vient s'ajouter la présence du président Barack Obama à Copenhague, lors des négociations finales, une présence prometteuse.

Par ailleurs, l'organisation Tcktcktck a fait passer aux participants une pétition signée par plus de 10 millions de personnes, en faveur d'un accord équitable sur le climat. C'est Lea Wickham qui a remis ce papier. La jeune femme de 24 ans habîte aux îles Fidji, des îles qui pourraient disparaître si le réchauffement se poursuit.

Klimakonferenz Kopenhagen 2009

L'organisation tcktcktck a réuni plus de 10 millions de signatures

« Dans 50 ans mes enfants élèveront leurs propres enfants. J'espère qu'ils pourront encore considérer nos jolies îles comme leur maison. J'espère qu'ils ne subiront pas les conséquences tragiques du changement climatique. Excusez-moi....j'espère que notre culture et notre identité survivront... »

Navala Insel Viti Levu

Navala, un village des îles Fidji

Les petits Etats insulaires telles que les îles Fidji, Grenade et les Maldives se sont regroupés en association, l'AOSIS, afin d'attirer l'attention sur leur destin. Les négociations de Copenhague devraient aboutir à une limitation du réchauffement à deux degrés celsius. Or ces deux degrés supplémentaires provoqueraient la disparition des ces Etats. Il faut dire qu'ils subissent déjà les conséquences du changement climatique: les côtes sont englouties, les récifs de coraux sont en voie d'extinction, les conditions météorologiques sont de plus en plus extrêmes. Il faut donc agir, et au plus vite, comme l'a rappelé Lea Wickham:

« Le monde a parlé et les yeux du monde entier vont être tournés vers Copenhague ces deux prochaines semaines. Nous avons besoin de vous pour arriver à un accord juste, ambitieux et contraignant. Merci. »

Yvo de Boer

Yvo de Boer, le patron du climat à l'ONU, promet du concret

Des propos qui ont retenu l'attention du secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques, Yvo de Boer:

« Vous avez dit que le temps était venu d'agir plutôt que de parler. J'espère que vous avez encore un petit peu de patience. Donnez-nous encore deux semaines, et je vous promets que nous vous fournirons du concret. »

La signature de l'accord devrait intervenir le 18 décembre.

Auteur: Audrey Parmentier/Helle Jeppesen
Rédaction: Konstanze von Kotze

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !