1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Un hommage tardif de l'Allemagne

Dans un discours mercredi, le président Joachim Gauck a évoqué le destin tragique de presque six million de soldats soviétiques prisonniers de guerre des Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Bundespräsident Joachim Gauck in Schloß Holte-Stukenbrock

Le président Joachim Gauck dépose une gerbe à la mémoire des prisonniers soviétiques morts en captivité

"Plus de trois millions de ces prisonniers de guerre, Russes, Ukrainiens, Kalmouks ou Ouzbeks, captifs des Allemands sont morts de maladie, de faim, de mauvais traitements ou ont été abattus". La Frankfurter Allgemeine Zeitung rapporte cette phrase du discours du président allemand prononcé mercredi au Stalag 326, dans l'ancien camp de prisonniers de Holte-Stukenbrok près de Paderborn, dans le nord de l'Allemagne. Joachim Gauck a aussi évoqué- à raison, estime le journal- les images d'horreur de la conquête de l'est de l'Allemagne par l'Armée Rouge. Des images qui ont aidé de nombreux Allemands à refouler leurs propres méfaits et à se présenter parfois eux-mêmes comme victimes."

Stukenbrock Befreiung StaLag 326, Lager für sowjetische Kriegsgefangene 1945

Stukenbrock , libération pat la 9ème armée américaine du StaLag 326, camp de prisonniers de guerre soviétiques le 9 avril 1945

La Süddeutsche Zeitung relève que "les rapports de Joachim Gauck avec l'ex -Union Soviétique ont été, pendant une grande partie de sa vie, des rapports empreints de colère. Le président ne l'admet pas volontiers, mais c'est un fait. Gauck était enfant pendant la guerre, fils de parents tous les deux véhéments anti-communistes et membres du NSDAP, le parti national-socialiste. Après la guerre son père a été déporté dans un camp de travail en Sibérie.

Bundespräsident Joachim Gauck in Schloß Holte-Stukenbrock

Le président allemand prononce son discours lors de la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale

Quand il s'incline, au jour anniversaire de la libération devant les victimes de l'Armée Rouge, il ne prend pas seulement congé de la vieille image de l'ennemi qu'ont longtemps été les Russes dans la pensée collective allemande. C'est aussi une tentative de réconciliation avec sa propre biographie"…conclut le journal.

La plupart des journaux reviennent d'ailleurs sur cet aspect de ce qu'a vécu Joachim Gauck pendant la guerre et après dans l'Allemagne de l'Est communiste.

Russenlager Wietzendorf Stalag X D/310, Herbst 1941

"Camp russe" de Wietzendorf Stalag X D/310, Automne 1941

La Berliner Zeitung relève qu'en 1951 alors que Joachim Gauck avait 11 ans et vivait en RDA, l'Allemagne de l'est sous la férule soviétique, son père a été arrêté par la police secrète soviétique et déporté dans un Goulag en Sibérie. Ce n'est qu'à l'automne 1955 qu‘il est rentré, à bout de forces, en RDA. D'un côté cette histoire est privée, mais de l'autre elle a pris une dimension politique. L'homme qui est maintenant le président de l'Allemagne et dont le père a été déporté en Russie tient un discours dans lequel il dit: "La mort de ces millions de soldats de l'Armée Rouge soviétique dans les camps de prisonniers allemands a été l'un des plus grands crimes commis sous l'Allemagne nazie". Joachim Gauck sait ce que son père a enduré en captivité. Le journal de Berlin conclut: le président montre que l'on doit surmonter son vécu personnel si l'on veut, lors de telles journées commémoratives, considérer l'Histoire avec sincérité."

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !