1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Un gouvernement d'unité nationale pour le Liban

Après vingt mois de crise politique, le pays s'est enfin doté d'un gouvernement d'union nationale. Celui-ci, doté de trente membres, sera dirigé par le Premier ministre Fouad Siniora.

Lebanon's Prime Minister Fuad Saniora gestures during a press conference at the Presidential Palace in suburban Baabda, Lebanon, Friday, July 11, 2008. Saniora formed Friday a national unity Cabinet in which Hezbollah and its opposition allies have veto power over government decisions. (AP Photo/Mahmoud Tawil)

Le chef de gouvernement libanais Fouad Siniora

Après un mois et demi de tractations, les deux grands mouvements politiques sont parvenus à dépasser leurs clivages et à surmonter les derniers obstacles pour se réunir au sein d'un nouveau gouvernement. Un évènement qui intervient sept semaines après l'accord politique conclu sous l'égide du Qatar entre la majorité pro-occidentale et l'opposition pro-syrienne. Un accord qui avait déjà permis l'élection à la présidence du chef de l'armée Michel Souleïmane.


Lebanese President Michel Suleiman, left, meets with Prime Minister Fuad Saniora, right, at the Presidential Palace in suburban Baabda, Lebanon, Friday, July 11, 2008. Legislator Saad Hariri, the leader of Lebanon's Western-backed parliamentary majority said Friday he expected a new national unity government to be formed within hours after all hurdles have been eliminated. (AP Photo/Mahmoud Tawil)

Le chef d'Etat Michel Sleimane et son Premier ministre dans le palais présidentiel de Baadba

"Malgré leurs différents, les hommes politiques ont pris en compte les intérêts libanais" : tels sont les mots du Premier Ministre, en allusion aux divergences sur la répartition des portefeuilles. Il y en aura finalement 16 pour la majorité, 11 pour l'opposition et 3 nommés par le chef de l'Etat. Selon Fouad Siniora, la nouvelle formation aura deux tâches fondamentales : restaurer la confiance dans le système politique libanais et promouvoir la modération.


C'est la deuxième fois que le Hezbollah participe au gouvernement. La première, c'était en 2005. Mais fin novembre l'année suivante, six ministres du mouvement avaient démissionné. Il protestaient ainsi contre la décision d'appuyer la formation d'un tribunal international, chargé de juger les assassins de Rafic Hariri.


Un des principaux défis de la coalition : apaiser les tensions politico-religieuses qui ont fait plusieurs morts encore depuis l'accord de Doha puis préparer les élections législatives de l'an prochain.


Le chef de la diplomatie allemand, Frank-Walter Steinmeier, a salué le travail de Fouad Siniora. Il espère que cette étape permettra au Liban de bénéficier de davantage de stabilité et d'une plus grande sécurité.


Par ailleurs, les présidents syrien et libanais, Bachar al-Assad et Michel Souleïmane se rencontreront demain à Paris, en présence de leur homologue Nicolas Sarkozy.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !