1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Forum des cultures

Un festival plein de remous

Le festival africain de Würzburg vient de célébrer ses 25 ans. Un anniversaire très particulier qui restera certainement dans les mémoires, et pas seulement à cause des grandes stars du continent présentes sur scène.

Habib Koité a été le premier a monté sur la nouvelle scène improvisée

Habib Koité a été le premier a monté sur la nouvelle scène improvisée

Pluie en continu, inondations, évacuation du site du festival et annulation de concerts prévus de longue date… Ce n'est pas vraiment comme cela que les organisateurs, les musiciens et les visiteurs avaient imaginé fêter le quart de siècle du festival africain de Würzburg. Mais la ville, comme de nombreuses autres dans le sud et l'est de l'Allemagne, a été victime de la montée des eaux après de fortes pluies. Et le site du festival africain se trouve juste au bord d'une rivière, appelée Main.

Un début prometteur

Le premier jour, le festival s'est déroulé normalement en plein air

Le premier jour, le festival s'est déroulé normalement en plein air

Tout avait pourtant si bien commencé. Le premier jour, jeudi 30 mai, plus de 15 000 visiteurs sont au rendez-vous, pour profiter des concerts en plein air, du marché africain, des activités pour enfants, bref de la bonne humeur et de l'ambiance de fête qui règnent généralement au festival de Würzburg. Lors de la cérémonie d'ouverture, le prix annuel du festival africain est remis à deux artistes maliens pour leur engagement en faveur de la paix : la chanteuse et guitariste Fatoumata Diawara et , le virtuose du ngoni (sorte de luth typiquement malien) Bassekou Kouyaté. Le grand jazzman et saxophoniste camerounais Manu Dibango a quant à lui reçu un prix spécial, pour l'ensemble de sa carrière. Manu Dibango fête cette année ses 80 ans et était invité en tant que parrain du festival.

Mauvaise nouvelle

Le site du festival a été inondé à cause de la crue du Main

Le site du festival a été inondé à cause de la crue du Main

Les berges de la rivière, avec leurs arbres et leurs pelouses, un endroit idyllique pour un festival destiné à toute la famille. Sauf bien sûr, quand la nature se déchaine… Et c'est bien ce qui s'est passé cette année. Le matin du deuxième jour, les visiteurs qui ont bravé le mauvais temps se retrouvent devant des grilles fermées. Alors que les vendeurs sont déjà en train de remballer leurs marchandises, Karl-Georg Moser, responsable de la sécurité au festival, annonce la mauvaise nouvelle :

« La nuit dernière, la situation est devenue dramatique : il est tombé énormément de pluie dans la région. On s'attend à ce que le Main déborde de son lit d'ici quelques heures, le site du festival sera alors inondé. C'est pourquoi il faut maintenant évacuer les lieux. »

La consternation est générale. Pourtant les organisateurs refusent de baisser les bras et de tout annuler : ils décident de transférer les grands concerts prévus le soir même et les deux soirs suivants dans une grande salle du centre de Würzburg, la Posthalle. En quelques heures seulement, on y aménage une scène et tous les équipements nécessaires sont installés. Le soir, tout est fin prêt et le public est au rendez-vous pour écouter le chanteur et guitariste malien Habib Koité. Les autres grandes stars comme Salif Keita du Mali, Nancy Vieira du Cap Vert, Youssou N'Dour du Senegal et Alpha Blondy de la Côte d'Ivoire ont donc finalement pu se produire à Würzburg, mais si une grande partie du programme prévu pendant la journée a dû être annulé.

Manu Dibango était le parrain du 25ème festival africain de Würzburg

Manu Dibango était le parrain du 25ème festival africain

Bilan tout de même positif

Malgré tous les chamboulements survenus lors de cette édition 2013, les organisateurs s'accordent à dire que le cœur du festival a pu être sauvé, car la bonne décision a été prise au bon moment. Il est encore trop tôt pour estimer exactement la hauteur des pertes financières, mais un appel aux dons a déjà été lancé pour permettre de préserver ce grand-rendez-vous de la musique et de la culture africaines. Toutefois, parmi les organisateurs, personne ne doute de la tenue de la 26ème édition, en 2014. Une autre chose est sûre : à partir de l'année prochaine, il faudra trouver un autre site pour le festival, plus loin de la rivière, pour éviter que le même scenario se répète.

Écouter l'audio 12:29

Ecoutez le Forum des cultures

Audios et vidéos sur le sujet