1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Un dissident chinois déjoue la surveillance de ses gardes

En général, les services de sécurité chinois observent de près ceux que les autorités considèrent comme un danger pour l'État et le Parti. Chen Guancheng en est un illustre exemple.

default

Chen Guangcheng

Séparatistes, opposants ou artistes critiques, autant de dissidents pour Pékin! Dissidents qui font l'objet d'une surveillance sans relâche de la part des services de sécurité. D'autant plus étonnant la "disparition" de Chen! Une nouvelle diffusée sur Internet, plus précisément dans une vidéo sur YouTube par Chen lui-même!

Silence jusqu'ici du ministère des Affaires étrangères sur cette disparition

Cette fois les autorités semblent bien avoir été dupées : assigné à résidence depuis sa sortie de prison en septembre 2010, Chen Guangcheng, un militant chinois des Droits de l'Homme, a soudain disparu de sa maison du village de Linyi, dans la province de Shandong. Les sbires chargés de sa surveillance n'y ont vu que du feu !

Aveugle depuis l'enfance et de santé fragile, ce juriste autodidacte n'a naturellement pas révélé comment il a réussi à déjouer la vigilance des services de sécurité, ni où il se trouve à l'heure actuelle, ni ce qu'il compte faire désormais.

China Menschenrechte Menschenrechtsaktivist Chen Guangcheng Haus

La maison de Chen Guangcheng

Chen s'adresse au Premier ministre Wen Jiabao

Dans ce message d'une quinzaine de minutes, Chen, visiblement ému mais sur un ton respectueux, demande au chef de gouvernement chinois d'ouvrir une enquête sur les mauvais traitements qu'ont fait subir les autorités de son village à sa femme, son fils, sa mère et à lui-même depuis la fin 2010.

Chen dénonce aussi la corruption et demande à Wen Jiabao de punir les coupables "conformément à la loi", en évoquant les cas de "responsables locaux du gouvernement" et "de la police" dans son district.

China Menschenrechte die Frau vom Menschenrechtsaktivist Chen Guangcheng

La femme de Chen Guangcheng

Chen demande aussi "la garantie de la sécurité de sa famille", pour laquelle il redoute des représailles maintenant qu'il est "libre". Il explique que sa femme est blessée après avoir reçu des coups, que son fils est suivi par trois personnes chaque jour. "Si quelque chose de mal arrive à ma famille, je ne cesserai de demander que les responsables rendent des comptes", prévient-il dans son message filmé.

Pourquoi Chen avait-il été emprisonné, puis placé en résidence surveillée ?

Les autorités de la province de Shandong avaient arrêté le militant des Droits de l'Homme parce qu'en 2005, il avait rendu public un programme d'avortements et de stérilisation forcés imposé dans le cadre de la politique anti-nataliste du Parti communiste chinois. Condamné à quatre ans de prison, il avait ensuite été placé sous résidence surveillée. Apparemment, cette surveillance qui durait depuis un an et demi n'était pas sans faille !

Auteur: Philippe Pognan (avec AFP, DPA)
Edition : Christophe Lascombes

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !