Un Américain à la tête de BP | International | DW | 27.07.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Un Américain à la tête de BP

Changement de tête à la direction de BP. L'actuel dirigeant Tony Hayward, très critiqué pour sa gestion de la marée noire, est remplacé par un Américain. Il s'appelle Bob Dudley et prendra ses fonctions en octobre.

FILE - Sunday, June 8, 2008 photo, TNK-BP CEO Robert Dudley speaks during the International Economic Forum in St. Petersburg, Russia. TNK-BP is a joint venture between British giant BP PLC and a group of Russian tycoons known as TNK. Seen as an unlikely candidate just a few months ago, Dudley is set to become the first American to lead the oil giant in its century long history. Dudley will become CEO on Oct. 1 and try to salvage the company's reputation and investments in the United States. (AP Photo/Dmitry Lovetsky)

Un enfant du Mississippi, Bob Dudley, prend la tête de BP

A 54 ans, l'Américain Bob Dudley sera en effet le premier dirigeant non britannique du groupe. Pour autant il n'est pas un manager externe au groupe puisqu'il a dirigé la filiale russe TNK-BP. Et lorsque la plate-forme Deepwater Horizont explose le 20 avril dernier, Dudley était depuis un an déjà directeur pour l'Amérique et l'Asie, et donc aussi responsable pour les opérations du groupe dans le Golfe du Mexique. Pourtant c'est lui que l'on vient chercher à partir du 4 juin, lorsqu'il apparait que l'actuel dirigeant Tony Heyward, surnommé "Tony la Gaffe", perd de plus en plus pied devant l'ampleur de la catastrophe.

Le "job" de Dudley consiste alors à aplanir les vagues entre la Maison Blanche et BP. Il n'hésite pas non plus à affronter l'opinion publique américaine dans une interview télevisée, avec questions d'auditeurs. Il y réfute les rumeurs selon lesquelles BP envisagerait la faillite pour éviter d'avoir à payer : « Le président l’a dit récemment : il est important que BP reste un groupe fort et viable. Donc nous avons besoin de sécuriser nos investissements. Et il nous faut gagner de l’argent pour remplir toutes nos obligations et verser des indemnités. Cela me semble une meilleure façon d’agir. »

Dudley l’Américain

Protective booms surround an island near mouth of the Mississippi River south of Venice, La. from an oil spill Monday, May 17, 2010. The oil is a result of the explosion of the Deepwater Horizon drilling platform in the Gulf of Mexico nearly a month ago. (AP Photo/Charlie Riedel)

Des bouées de protection pour empêcher la pollution de Deepwater Horizont

Robert Dudley a grandi dans l'état du Mississippi aux Etats-Unis, il connait bien la côte du Golfe du Mexique. Il peut comprendre les inquiétudes des Américains, et les rassurer. Il faut savoir que BP est actuellement l'entreprise la plus détestée des Etats-Unis. Un désastre car il s'agit de la région de production la plus importante du groupe après la Russie.

On ne s'étonnera donc pas que cette nomination intervienne au moment où le groupe annonce une charge exceptionnelle de 32 milliards de dollars liée à la marée noire qui a fait plonger ses comptes. La perte du groupe est estimée à 17 milliards de dollars pour le second trimestre, un record. De leur côté, à Londres, des militants de Greenpeace ont bloqué des stations service BP pour, ont-ils expliqué, " exhorter le nouveau directeur général, à ne pas nourrir la même obsession pour les sources pétrolières à haut risque" . Cela tombe bien : Robert Dudley a annoncé un changement de culture dans son groupe, vers plus de sécurité. Il ne reste plus qu'à voir la réalité...

Auteur: Elisabeth Cadot

Edition: Fréjus Quenum

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !