1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Un 4ème mandat pour Ismaël Omar Guelleh?

Quelque 187.000 électeurs djiboutiens sont convoqués aux urnes lors de ce scrutin. Six candidats sont en lice dont le président Ismaël Omar Guelleh. L'homme fort de Djibouti fait face à une opposition en morceaux.

Ismaël Omar Guelleh a hérité de son oncle, le poste de président de Djibouti en 1999

Ismaël Omar Guelleh a hérité de son oncle, le poste de président de Djibouti en 1999

A Djibouti, les bureaux ont ouvert à l'heure pour accueillir les électeurs. Il s'agit d'une élection présidentielle. Six candidats sont en lice. Parmi eux, le président actuel, Ismael Omar Guelleh - 68 ans dont 17 passés pouvoir. Les résultats sont attendus vendredi soir. Ismaël Omar Guelleh fait figure de grand favori. Il se présente comme le garant de la stabilité politique. Il brigue donc un quatrième mandat de cinq ans après avoir fait modifier la constitution en 2010 pour en supprimer toute limitation.

Opposition en rang dispersé

L'opposition, qui avait réussi à se rassembler pour les législatives de 2013, sous la bannière de l'Union pour le salut national (USN), est cette fois-ci morcelée. Trois partis membres de l'USN, ont décidé de boycotter le scrutin, en dénonçant une "mascarade électorale". Le reste de la plateforme n'a pas pu s'accorder sur une candidature unique et est représenté par deux candidats: Mohamed Daoud Chehem et Omar Elmi Khaireh.

Compte tenu de sa position géographique, Djibouti est très courtisé par les puissances militaires qui y installent des bases anti-terroristes

Compte tenu de sa position géographique, Djibouti est très courtisé par les puissances militaires qui y installent des bases anti-terroristes

À l'international, Djibouti est considéré comme une base arrière stratégique dans la lutte contre le terrorisme et la piraterie dans la Corne de l'Afrique. Des troupes françaises, américaines, chinoises et japonaises notamment y sont stationnées. Un pays jugé stable, mais dont le régime ne se fonde pas pas sur des bases démocratiques.

Ci-dessous, un extrait de l'analyse de Ahmed Soliman, chercheur en politique internationale et spécialiste de la Corne de l'Afrique au sein de I'Institut Chatham House, à Londres !

«L’atmosphère politique en général tend à montrer que ces élections ne sont pas libres, indépendantes et démocratiques. Les conditions ne sont pas réunies. C'est dans la continuité de ce qu’a vécu le pays par le passé. Donc il est probable que les résultats des élections soient très largement en faveur du president sortant, Ismaël Omar Guelleh.»

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !