1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

UE: Refonder le capitalisme puis sauver la planète

Le président en exercice du conseil européen souhaite organiser un sommet mondial "pour refonder le capitalisme". Il a défendu son projet lors de la session plénière du parlement européen , de retour à Strasbourg

default

Le parlement européen est de retour dans ses locaux de Strasbourg. Il avait dû s'installer provisoirement à Bruxelles en raison de l'effondrement d'une partie du toit.

Le parlement européen est de retour à Strasbourg pour sa session plénière cette semaine. Le président en exercice du Conseil Européen Nicolas Sarkozy a tenu à faire devant le parlement un compte rendu de la réunion du conseil européen du 15 et 16 Octobre.

Nicolas Sarkozy a donné aux parlementaires des précisions sur le sommet international pour « la refondation du capitalisme » décidé lors du conseil européen et initié par la présidence française au mois de septembre. Selon lui, il est nécessaire de convier, en plus du G8, les principaux pays émergeants à ce qu’il appelle le « nouveau Bretton Woods », en reférence à la conférence qui avait fixé le cadre économique des "trente glorieuses" après la seconde guerre mondiale. Entre temps, George Bush, pourtant initialement peu enthousiaste à cette idée, a pris les devants en annonçant la tenue d’un sommet mondial sur ce sujet réunissant les membres du G20 le 15 novembre près de Washington. Le grand perdant de cette annonce est l’Espagne, qui malgré les demandes insistantes de Jose Manuel Zapatero et le soutien annoncé de Nicolas Sarkozy, ne devrait a priori pas y participer. L’Espagne n’est pas membre du G20 en dépit de son rang de huitième économie mondiale.

Europe concrète: Le débat sur les émissions des véhicules automobiles

Deutschland Auto Wirtschaft BMW Gewinnrückgang

L'industrie automobile allemande, spécialisée dans les grosses berlines, est le principal opposant aux plafonds d'émissions voulus par l'UE

En février 2007, la Commission a proposé de réduire les émissions des véhicules automobiles de 160 grammes de CO2 par kilomètre à 130 grammes, et ceci d’ici 2012. En Europe, les véhicules représentent 12% des émissions totales de dioxyde de carbone. Face à cela, l’industrie automobile mobilise ses relais auprès des institutions européennes pour faire reculer cette législation qui se traduirait par une augmentation des coûts de production. Une intense activité de lobby qui, au Parlement européen, s’illustre par un vif débat entre la Commission environnement et la Commission industrie, cette dernière étant par nature plus favorable aux intérêts de l’industrie automobile qui représente 5% des emplois au sein de l’Union.

L’Allemagne est bien entendu très sensible aux arguments des grands constructeurs automobiles, un secteur économique qui reste le plus important du pays. Dans les coulisses, le lobby des constructeurs automobiles allemand essaie à tout prix de réduire l’impact de la nouvelle loi.

Reportage d'Isabelle Hartmann

En Espagne, les défenseurs de l’environnement se heurtent à une politique qui est très en faveur de l’automobile. Les grandes villes sont toutes très polluées, à commencer par Madrid, où les aménagements urbains font la part belle à la voiture.

Reportage de François Musseau