1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

TVA sociale: les Allemands lui sourient

Alors que le projet de TVA sociale provoque bien des remous en France, cette mesure adoptée au début de l'année par l'Allemagne n'a suscité aucun débat outre-Rhin. Et les craintes d'un ralentissement de la consommation après une hausse de 3% sur la TVA se sont révélées infondées. Car la croissance et la baisse du chômage redonnent le moral aux consommateurs allemands.

Les ventes automobiles ont connues une forte hausse avant l'instauration de la TVA sociale en Allemagne en 2005.

Les ventes automobiles ont connues une forte hausse avant l'instauration de la TVA sociale en Allemagne en 2005.

La TVA sociale est intégrée à l'économie de certains pays européens, comme l'Allemagne ou encore le Danemark. En France, elle est suspectée d'avoir fait perdre une cinquantaine de sièges à la droite lors des élections législatives. Ce projet qui a suscité tant de polémiques a pour but de financer une partie de la protection sociale, en échange de quoi les employeurs peuvent bénéficier d'une baisse des charges patronales. Ses détracteurs redoutent une augmentation des prix dont les consommateurs seraient les premières victimes.

En Allemagne, c'était la crainte la plus répandue au moment de l'instauration de la TVA sociale. Mais que s'est-il passé depuis? Patrice Cuvier s'est penché sur la question.

Au début de l'année, l'Allemagne s'attendait au pire quant à cette augmentation de 3% sur la TVA, qui risquait d'entraîner un ralentisssement de la consommation intérieure et une augmentation des prix. Six mois plus tard, ces craintes se sont avérées sans fondement. L'économie allemande va bien et les consommateurs ont retrouvé le moral.

Uwe Klein, directeur régional de la fédération du commerce de détail :
"Je crois qu'on peut dire qu'au bout de six mois, les commercants ont bien supportés la hausse de la TVA, en janvier et février, ils se sont efforcés de ne pas répercuter immédiatement cette hausse sur les prix. Ils ont eu recours aux soldes et aux opérations spéciales et on a évité un choc que beaucoup redoutaient. Certains secteurs, cependant , ont d'avantage souffert que d'autres de l'augmentation de la TVA, qui est passée de 16 à 19%. Dans l'automobile, on a enregistré au premier trimestre 9% en moins sur les ventes de véhicules neufs, car les Allemands avaient anticipés leurs achats" La perspective d'une hausse de la TVA avait stimulé la consommation. Sur l'achat d'une voiture, l'économie n'est pas négligeable...

Décidée en 2005, la hausse de la TVA entrée en vigueur au 1er janvier dernier doit rapporter à l'Etat allemand 24 milliards d'euros. De quoi réduire les déficits publiques et les dépenses sociales sans augmenter les charges des entreprises et des salariés sous formes de prélèvements. D'où le nom de TVA sociale.

Mais l'augmentation des impôts indirects n'est pas sans risque. Cela peut ainsi favoriser le travail au noir. Pourtant, l'Allemagne s'en est bien sortie car la croissance est au rendez-vous, explique l'économiste Enrick Uterwede, drirecteur adjoint de l'Institut franco-allemand de Ludwigsburg.

En relevant sa TVA de 16 à 19%, l'Allemagne se retrouve dans le milieu du tableau des pays européens, c'est encore moins qu'en France, où la taxe sur la valeur ajoutée est déjà à 19,6%. Voici la raison d'une absence de débat autour de ce sujet en Allemagne, un sujet qui, en France, reste brûlant.

Reportage : en France, Enercoop est l’un des sept nouveaux fournisseurs d’électricité français. Une coopérative qui propose de l’énergie « verte » (hydraulique ou solaire).

Portrait : une personnalité du monde de la culture en Europe. Isa Gelsken, sculptrice allemande.

  • Date 12.07.2007
  • Auteur Anna Bellissens
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2qO
  • Date 12.07.2007
  • Auteur Anna Bellissens
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2qO