1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Turquie mon amour

Les deux jours que le chancelier allemand Gerhard Schröder vient de passer en Turquie, le soutien non dissimulé qu'il a exprimé au gouvernement d'Ankara à cette occasion, intensifient le débat sur l'adhésion de ce pays à l'Union Européenne et incitent certains éditorialistes de la presse écrite à se demander s'il n'y a pas aussi derrière tout cela des considérations électoralistes.

La Turquie peut compter sur nous ! Pas d'ambiguité dans le titre de la SÜDDEUTSCHE ZEITUNG de Munich, qui résume ainsi sur quatre colonnes le propos de Gerhard Schröder à Ankara et relève les louanges adressées au processus de réformes. La FRANKFURTER RUNDSCHAU apporte un bémol : le chancelier l'a peut-être dit moins directement, mais l'intention - ou ce que le journal appelle la « détermination berlinoise » - y était. Et pour notre confrère de Francfort, c'est le bon choix, malgré toutes les questions en suspens concernant la démocratie, les correctifs législatifs et les motivations « nationales » du premier ministre turc. Des « questions en suspens » qui gênent par contre la NEUE PRESSE. Le journal de Hannovre repère en Turquie des déficits encore impressionnants, dans l'économie, dans la démocratie - aussi impressionnants que les progrès réalisés. Angela Merkel, la patronne de l'opposition chrétiennne démocrate a précédé le chancelier d'une semaine à Ankara. La comparaison s'impose, bien sûr, et c'est ce que fait la MÄRKISCHE ALLGEMEINE, à Potsdam, entre l'accueil plutôt frisquet réservé à l'une et plutôt chaleureux réservé à l'autre. Normal, explique le journal de Potsdam, quand l'une ne propose qu'un « partenariat privilégié » et l'autre un soutien sans conditions. Mais tout cela, avertit notre confrère, ne change rien aux attentes des Turcs - qui sont si grandes qu'elles rangent un éventuel refus européen aux confins de l'impossible et ouvrent la voie à un automatisme que le journal voit d'un mauvais oeil dans le contexte d'un élargissement à l'Est plus difficile que prévu. Automatisme déjà enclenché, selon le SÜDKURIER de Constance, et qui par ricochet, gêne même certains amis politiques de Monsieur Schröder. En clair : le sujet se prête moins qu'il y paraît aux guerres de tranchées partisanes. Ce qui n'est pas tout à fait l'avis de la OSTSEE ZEITUNG : dans un pays, rappelons-le, qui accueille la plus grande communauté turque hors de Turquie, l'Union chrétienne et les Libéraux entendent manifestement aller à la pêche aux voix là où fleurissent les préjugés antiturcs et antimusulmans, tandis que Schröder, Fischer et Compagnie pensent avoir trouvé LE « thème qui tue » pour l'opposition. Reste à savoir, conclut le journal de Rostock, ce qui peut rapporter le plus de voix : claquer la porte au nez d'Ankara ou lui ouvrir une perspective européenne.

  • Date 24.02.2004
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9ii
  • Date 24.02.2004
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9ii
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !