1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Tsvangirai dénonce des fraudes

Selon la commission nationale électorale, le décompte des voix est terminé au Zimbabwe. Le parti de Robert Mugabe semble sûr de la victoire, alors que l'opposition, parle de fraudes massives et d'une élection non valide.

Affiches électorales au Zimbabwe

Affiches électorales au Zimbabwe

Ce n'est pas parce que le scrutin zimbabwéen n'a pas été entaché de violence que celui-ci s'est déroulé correctement. C'est ce que martèle Morgan Tsvangirai, l'opposant au président sortant Robert Mugabe. Il évoque des fraudes massives et affirme que l'élection n'est pas valide. Par ailleurs un membre important du parti de Robert Mugabe, a annoncé jeudi matin à l'agence de presse Reuters une large victoire pour le président sortant. Les esprits s'échauffent alors que le décompte des votes s'est seulement terminé à la mi-journée et qu'il est encore impossible de dire qui a remporté l'élection.

Electeurs fantômes ?

Le président sortant Robert Mugabe a déjà revendiqué la victoire

Le président sortant Robert Mugabe a déjà revendiqué la victoire

Concernant les irrégularités, des ONG avaient déjà évoqué la présence d'électeurs fantômes sur les listes électorales. Des villages avec plus de votants que d'habitants, des personnes âgées de plus de 120 ans dans un pays où l'espérance de vie est de 51 ans. Mais, mercredi, le plus gros problème semble avoir été le nombre très important d'électeurs qui ont été refoulés des bureaux de vote. Pourtant enregistrés, ils ne figuraient pas sur les registres ou alors pas au bon endroit.

Par ailleurs, dans les campagnes principalement, beaucoup de personnes sont analphabètes. Elles ont donc dû être assistées pour le vote, ce qui a pu, dans certains cas, ouvrir la voie à des pressions extérieures. La Commission électorale zimbabwéenne, bien qu'elle reconnaisse certains problèmes mineurs, pense que l'élection a globalement été libre et transparente.

Déroulement du scrutin dans le calme

Les électeurs se sont rendu aux urnes en masse

Les électeurs se sont rendu aux urnes en masse

Pour le moment la situation est calme. Il n'y a pas eu de violences au cours du vote et les cas d'intimidation directe semblent limités. Mais ici, tout le monde a encore en tête les violences électorales de 2008 qui ont fait environ 200 morts parmi les sympathisants du MDC, le parti de l'opposition. Dans tous les cas, il faudra voir si le perdant acceptera sa défaite. Mais le plus gros risque serait si aucun des deux principaux candidats de l'élection présidentielle ne remportait la majorité des voix. Beaucoup craignent alors qu'il pourrait y avoir de nouvelles brutalités s'il devait y avoir un deuxième tour. La proclamation des résultats est prévue dans les quatre prochains jours.

En cliquant sur le lien ci-dessous, écoutez la réaction d'Irene Petras, directrice de l'ONG « Lawyers for Human Rights ».

Écouter l'audio 00:53

« Il y a eu beaucoup de problèmes, avec des gens qui ont été refoulés des bureaux de vote. »

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !