Trois lauréats pour un prix contesté estampillé Unesco | International | DW | 17.07.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Trois lauréats pour un prix contesté estampillé Unesco

L’Unesco décerne mardi à Paris le "prix Unesco-Guinée équatoriale pour la recherche en sciences de la vie". Évoqué pour la première fois en 2008, le prix portait à l’origine le nom du président Teodoro Obiang Nguema.

Lors de l'annonce de sa création, une dizaine d’ONG avaient exprimé publiquement leur opposition à ce "prix Unesco-Obiang". Elles reprochaient au président équato-guinéen d’être au pouvoir depuis 33 ans et à la tête d'un gouvernement réputé pour sa corruption et ses tendances répressives.

Äquatorialguinea Präsident Teodoro Obiang Nguema

Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1979

Suite à cette levée de boucliers, de nombreux chefs d’État africains ont eu des entretiens avec le président Obiang, qui a accepté que son nom ne figure pas dans l'intitulé du prix. C’est pourquoi il s'appelle désormais "prix Unesco-Guinée équatoriale pour la recherche en sciences de la vie".

Trois millions de dollars qui pourraient servir ailleurs

Malgré cela, les organisations de défense des droits de l'Homme restent toujours opposées au principe de ce prix. Jean-Pierre Fardeau, directeur France de Human Rights Watch, s'en explique :

« Nous restons opposés à cette nouvelle manière de présenter le prix. Car derrière le mot "Guinée équatoriale" se cache le président Obiang et son régime qui sont connus pour leur mauvaise gouvernance et leur incapacité à subvenir aux besoins fondamentaux de la population. Pourtant, le pays a du pétrole et est extrêmement riche. Les 3 millions de dollars accordés par le pays ont une provenance opaque. Au début, c’était de l’argent privé et maintenant c’est de l’argent public. Ça montre jusqu’où ce prix est problématique pour l’Unesco. »

La dotation globale de ce prix est censée avoir été prélevée sur la fortune personnelle du président équato-guinéen, mais selon Transparency International, cet argent proviendrait d'un détournement de fonds publics.

Forschungszentrum für Gesundheit von Manhica

Le prix vise notamment à soutenir la recherche dans le domaine de la santé

Dissensions au sein de l'Unesco

Le Conseil exécutif de l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture) a approuvé le 8 mars 2012 la création de ce prix et a recommandé à la directrice générale de l'organisation de le décerner sans tarder.

Toutefois, cette décision n'a pas tenu compte de l'avis du service juridique de l'Unesco. Celui-ci avait estimé que le prix ne pouvait pas être institué, selon les propres règles de l'organisation, en raison de zones d'ombre autour des sources de son financement.

Pour cette première édition, les chercheurs lauréats sont : l'Égyptien Maged Al-Sherbiny, le Sud-Africain Felix Dapare Dakora et la Mexicaine Rossana Arroyo. Ils vont percevoir 100.000 dollars chacun.

Archives

L'Arbre à palabre (Magazine)

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !