1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Travailleurs de tous les pays...

Dans de nombreux pays du monde, le 1er mai est chômé, férié et payé. La DW vous propose une émission spéciale sur cette journée. Avec des reportages au Sénégal, au Togo, en Afrique du Sud, au Mali et au Liban.

Écouter l'audio 30:05

L'émission complète à écouter ou réécouter

Le calvaire des producteurs d'arachide en Casamance

Au Sénégal, le gouvernement tente depuis quelques temps de mettre fin au calvaire des paysans qui ont du mal à vendre leurs arachides. Le Premier ministre Ben Abdoulaye Dione a récemment sommé le propriétaire de la Sunéor, la principale huilerie du pays, de faire les investissements nécessaires, faute de quoi le gouvernement menace de renationaliser l'entreprise.

Le secteur de l'arachide est en crise depuis dix ans

Le secteur de l'arachide est en crise depuis dix ans

Chose approuvée par les travailleurs de la société dont l'une des principales unités se trouve en Casamance, dans le sud du pays. Un reportage de notre correspondant dans cette région, Mamadou Alpha Diallo.

Les travailleurs togolais s'organisent

Au Togo, la nouvelle lutte syndicale est portée depuis quelque temps par une jeune centrale syndicale dénommée Synergie des travailleurs du Togo. Et la figure de proue de cette lutte, c'est une femme... Elle s'appelle Nadou Lawson... Notre correspondant Noël Tadegnon, l'a rencontrée.

La Cosatu expulse sa secrétaire générale

La lutte syndicale portée par les femmes est loin d'être l'apanage des travailleurs du Togo. En Afrique du sud, la Cosatu, la puissante Confération des syndicats sud-africains, qui compte plus d'un million de membres, vient, elle, d'expulser sa très populaire secrétaire générale, Zwelin zima Vavi. Elle avait déjà été expulsée en novembre par le syndicat le plus important, celui des travailleurs du secteur du métal. D'autres syndicats menacent aussi de rompre les rangs. Pourquoi cette scission? Reportage de Valérie Hirsch

Partis volontairement et abandonnés

Au Mali, c'est un conflit social qui dure déjà depuis plus de 25 ans. Il oppose d'anciens cadres de la fonction publique à la retraite... à l'État malien.

Au Mali, les partants volontaires de la fonction publique n'ont pas obtenu ce qui leur était dû

Au Mali, les partants volontaires de la fonction publique n'ont pas obtenu ce qui leur était dû

Faute de solution au plan national, les premiers partants volontaires ont saisi la cour de justice de la CEDEAO. Ils réclament une pension et la réparation du préjudice causé par le programme qu'ils considèrent comme un échec. L'État leur avait promis le financement de projets pour en faire des opérateurs économiques. Des objectifs qui n'ont pas été atteints. Du coup, plusieurs parmi eux se sont retrouvés sans salaire, sans projet, et même souvent à la rue. Un reportage de Yaya Konaté à Bamako.

Les employées étrangères se rebiffent au Liban

Au Liban, de nombreuses femmes étrangères travaillent pour des familles libanaises. Souvent victimes d'exploitations et de maltraitance, ces femmes ont finalement décidé de sortir du silence. Elles ont décidé de se regrouper sous une union syndicale afin de définir et faire reconnaître leurs droits. Un reportage d'Hélène Bourgon.

Une journée historique pour l'Allemagne

Retour enfin sur les origines et la signification de la journée du 1er mai en Allemagne.

En 2014, les syndicats avaient appelé à manifester pour le salaire minimum, une mesure adoptée depuis par la coalition gouvernementale

En 2014, les syndicats avaient appelé à manifester pour le salaire minimum, une mesure adoptée depuis par la coalition gouvernementale

Une journée d'action et de lutte, instaurée sous l'empire allemand, à la fin du XIXè et au début du XXè siècle – c'est aussi l'époque à laquelle émerge la grande centrale syndicale DGB. Mais la journée n'est progressivement décrétée fériée dans certaines régions qu'au lendemain de la 1ère guerre mondiale, c'est à dire à partir de 1919, sous la République de Weimar. A la fin des années 1920 et début des années 1930, la montée des nazis inquiète, et le 1er Mai devient le moment d'affrontements violents entre la gauche et l'extrême-droite. Et en 1933, l'arrivée des nazis au pouvoir modifie la conception du 1er Mai dans le pays.

Emmanuel Droit, historien et directeur adjoint du Centre Marc Bloch à Berlin revient, au micro de Sandrine Blanchard, sur l'évolution du 1er Mai en Allemagne depuis cette époque.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !