1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Travailler plus au même tarif?

La Bavière vient de réclamer l’allongement jusqu’à 42 heures de la durée de travail hebdomadaire pour les employés du service public. Soit plus de deux heures, en moyenne, de travail en plus, sans contrepartie financière. Une décision qui pourrait faire des émules dans les autres branches d’activité et au niveau national, comme le relatent les journaux de ce matin.

Les 42 heures payées 38, une proposition contestée par les syndicats qui ont prévu de manifester samedi prochain contre les réformes de l'Agenda 2010

Les 42 heures payées 38, une proposition contestée par les syndicats qui ont prévu de manifester samedi prochain contre les réformes de l'Agenda 2010

« L’Allemagne paradoxale », écrit Die Welt . Le journal rappelle en effet que Deutsche Telekom vient de faire passer le nombre d’heures de travail de ses employés de 38 à 34 heures par semaines, payées 35 et demi, pour sauver 10 000 emplois. Et au même moment, écrit Die Welt, la CSU, la CDU et les libéraux du FDP réclament davantage d’heures hebdomadaires pour le même salaire. La « meilleure façon » selon les conservateurs » de maintenir les salaires à leur niveau actuel. Le SPD quant à lui est divisé. Alors que certains, à l’instar du ministre de l’Économie, Wolfgang Clement, réclament eux aussi une hausse des heures de travail, d’autres recommandent une plus grande flexibilité. C’est-à-dire de donner aux entreprises la possibilité de raccourcir ou rallonger le nombre d’heures hebdomadaires de leurs employés selon leurs besoins, comme cela existe déjà dans certaines entreprises.

L’Allemagne va mal, résume la tageszeitung . Parce que les coûts de production sont trop élevés. Donc il faut les baisser pour que les entreprises deviennent plus compétitives. Pour cela, il faut que les gens travaillent davantage, sans gagner plus. Une argumentation qui a un air de déjà vu, écrit la taz. Or, le journal recommande des solutions entreprise par entreprise, selon la réalité sur le terrain, et pas des solutions à l’emporte-pièce. Car, écrit encore le quotidien, il est illusoire de croire que la politique sur le temps de travail peut remplacer celle sur le marché du travail et serait donc la seule solution pour relancer l’économie du pays.

La Frankfurter Rundschau cite le chef du lobby de construction de machines, qui a eu cette déclaration malheureuse ce week-end : « Même en Chine communiste nous avons désormais une plus grande liberté d’entreprendre qu’en Allemagne. » Maintenant on sait ce que les réformateurs libéraux ont en tête, écrit le journal : un capitalisme débarrassé de droit du travail, sans débat sur les conditions de travail, les salaires ou les contreparties sociales... un Manchester à l’asiatique.

  • Date 29.03.2004
  • Auteur Sandrine Blanchard
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9iM
  • Date 29.03.2004
  • Auteur Sandrine Blanchard
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9iM
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !