1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Toujours pas de gouvernement de coalition

Comme les législatives allemandes ont eu lieu le 22 septembre dernier, c'est mardi prochain que la séance inaugurale du nouveau Bundestag doit avoir lieu. Or, Angela Merkel n'a pas trouvé de partenaire de coalition.

default

Quelle équipe va gouverner l'Allemagne ?

L'Allemagne est dans une situation un peu particulière. La loi fondamentale prévoit que l'assemblée du Bundestag fraîchement élue doit se réunir en séance inaugurale au plus tard 30 jours après les élections.

C'est donc le 22 octobre que les nouveaux députés doivent se réunir pour la première fois. Mais jusqu'à présent, Angela Merkel et son parti n'ont pas trouvé de partenaire pour former un gouvernement de coalition. Les discussions avec les écologistes ont échoué, et celles avec le SPD sont en passe de débuter.

Expédier les affaires courantes

L'Allemagne n'a pas de nouveau gouvernement. Ce qui ne veut pas dire qu'elle n'a pas de dirigeants. La loi fondamentale prévoit que dans le cas de figure actuel, c'est le gouvernement sortant qui continue d'expédier les affaires courantes jusqu'à ce qu'une nouvelle équipe soit mise sur pied. Le gouvernement Merkel sortant n'est donc pas illégal, mais il n'a pas la légitimité démocratique nécessaire pour prendre de grandes décisions.

Il incombe au président de la République, Joachim Gauck, de jouer les médiateurs entre les partis pour que les négociations aboutissent au plus vite. En attendant, Angela Merkel et son équipe continuent de représenter l'Allemagne à l'étranger et ont le pouvoir de prendre des décisions, mais il serait mal vu que le cabinet sortant engage des réformes conséquentes.

De dos : Horst Seehofer (CSU), et Angela Merkel (CDU) et de face, Frank-Walter Steinmeier et Sigmar Gabriel (SPD). Photo: Kay Nietfeld/dpa

Des négociations préliminaires entre CDU/CSU et SPD, le 14 octobre à Berlin

Et en cas de crise politique ?

La situation s'est déjà présentée, en 1998. A l'époque, les Etats-Unis décident d'une action militaire au Kosovo. Or, en Allemagne, le gouvernement de Helmut Kohl était censé expédier les affaires courantes en attendant la formation de la coalition entre sociaux-démocrates et écologistes.

Le chancelier a pourtant décidé de participer à l'intervention au Kosovo. Mais vraisemblablement avec l'assentiment de l'équipe gouvernementale qui était en train de se former dans le camp politique adverse.

Vers une coalition CDU/SPD

En 2013, selon toute vraisemblance, le prochain gouvernement devrait être une coalition entre la CDU d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD. Les négociations ont déjà commencé en sous-main. Le SPD pose comme condition l'instauration d'un salaire minimum légal. Mais on ne sait pas encore avec certitude si les deux partis seront prêts aux compromis nécessaires à la formation d'une équipe gouvernementale commune. En cas d'échec de ces négociations, de nouvelles élections législatives pourraient être organisées. Dans l'espoir de voir cette fois se dessiner une majorité plus claire à la chambre basse du parlement.

A noter : D'après un sondage effectué par la chaîne publique ZDF et publié vendredi 18 octobre, 61% du millier d'Allemands sondés seraient favorables à un gouvernement de coalition entre CDU et SPD.