1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

"Top Kill" doit être poursuivi

La compagnie BP a annoncé que le pétrole continue de s'écouler dans le golfe du Mexique. Après avoir décidé un moratoire sur les forages en mer, Barack Obama s'est rendu en Louisiane pour faire taire les critiques

L'opération Top kill qui vise à reboucher le puit est retransmise en video par BP

L'opération "Top kill" qui vise à reboucher le puit est retransmise en video par BP

Les chiffres sont désormais connus. Ce sont probablement 2 à 3 millions de litres de pétrole qui s'échappent chaque jour du puit où s'est produit l'accident le 20 avril dernier. Cela signifie que plus de cent millions de litre de pétrole se sont déversés dans la mer depuis cinq semaines. C'est au moins deux fois plus que ce qui était jusqu’alors la marée noire la plus grave de l'histoire américaine : le naufrage de l'Exxon Valdez en 1989 en Alaska.

Même si l'opération "Top kill", qui consiste à boucher la fuite avec de la boue et du ciment, se déroule avec succès pour l'instant, la fuite n'est donc pas colmatée et BP a annoncé que cette opération pourrait durer encore un ou deux jours.

Matin et soir

Une plage de Grand Isle fermée à cause de la marée noire

Une plage de Grand Isle fermée à cause de la marée noire

Critiqué pour sa lenteur à réagir, le président Barack Obama est a changé sa stratégie : il est beaucoup plus présent. Il communique plus, il veut montrer qu'il est la première personne qui s'occupe de ce problème et que BP agit sous son contrôle direct.

Dans ce soucis de soigner son image, Barack Obama a d’ailleurs emprunté, sans doute sans le savoir, à Nicolas Sarkozy sa fameuse image "J'y pense le matin en me rasant". Comme si les hommes politiques modernes devaient à tout prix nous donner des détails sur leur salle de bains ou leur chambre à coucher : "J'y pense le matin en me levant et le soir en allant me coucher. J'étais en train de me raser ce matin, ma petite fille est venue dans la salle de bains et m'a demandé : Est-ce que tu as bouché le puit papa?", a déclaré le président américain devant les journalistes présents au point de presse de la Maison Blanche.

Moratoire sur les forages

Plus concrètement, le président américain a pris une mesure précise emblématique : il a décidé d'un moratoire de six mois sur les forages en eaux profondes. Cela signifie que le forage prévu par Shell cet été dans une zone naturelle sensible au large de l'Alaska n'aura pas lieu. De même, une trentaine de forages en cours dans le Golfe du Mexique devront être suspendus.

Mais six mois - même si c'est mieux que rien - ce n'est pas suffisant pour faire renoncer les compagnies pétrolières et désormais, une intense période de négociations va sans doute s'ouvrir à Washington. On en connaîtra l'issue à la fin de l'année.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Carine Debrabandère

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !