1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

"Tollé" diplomatique entre Israël et l'Allemagne

C'est l’expression retenue quasiment à l’unanimité par les journaux allemands pour qualifier l’entretien annulé à la dernière minute entre Sigmar Gabriel et Benjamin Netanyahu.

Chacun y va de son commentaire, de son interprétation, pour qualifier le lapin posé par le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, en visite hier en Israël. "Bibi", comme on le surnomme dans la presse allemande, n’a pas digéré que le chef de la diplomatie allemande rencontre également des ONG de défense des droits de l’Homme, notamment hostiles à la politique de colonisation des territoires palestiniens occupés.

Heureusement que Gabriel n’a pas fait de concessions, commente la Süddeutsche Zeitung. On devrait dire merci à Netanyahu, poursuit le journal. Voilà enfin une opportunité pour qu’il y ait plus de sincérité dans les relations. Car il faut s’y faire. La situation est ce qu’elle est : tendue. Il faut parfois savoir montrer ses muscles. Et dans ce bras de fer diplomatique, Sigmar Gabriel a rencontré les bons, titre die tageszeitung.  C’est la fin des sournoiseries qui durent depuis trop longtemps. Si les Etats-Unis n’agissent plus pour résoudre le conflit, alors c’est aux Européens et aux Allemands de montrer la voie et de rester critique.

A l'inverse, la Frankfurter Allgemeine Zeitung dénonce un comportement "non-diplomatique". Si Berlin a de bons arguments contre l’extension des colonies, il faut les défendre dans la discussion. Et ne pas agir comme si Israël était une dictature.

Ivanka Trump, l'atout d'Angela Merkel

Si Sigmar Gabriel a fait couler beaucoup d’encre, les budgets photos des journaux étaient aujourd’hui réservés à quelqu’un d’autre. Ivanka Trump, la fille du président américain, était ce mardi à Berlin pour la clôture du sommet "Women 20". Cette sorte de G20 au féminin a éte organisé pour rappeler qu’on est encore très loin de l’égalité homme-femme, notamment dans les entreprises. Ivanka Trump, Angela Merkel et Christine Lagarde sont montées sur la même scène. Il y avait comme une ambiance de concert de rock, commente la Süddeutsche Zeitung.

Ivanka Trump, qu’on surnomme la "première fille" de Donald Trump, est aujourd’hui conseillère à la Maison Blanche. Voilà qui intéresse Angela Merkel. De bons contacts avec elle peuvent représenter un avantage, explique le quotidien de Munich. C’est un rapprochement par voie détournée et son invitation était calculée. Car côté lutte féministe et autodétermination, résume die tageszeitung, on fait mieux que la maison Trump… 

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !