1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Tirer les leçons...

La presse allemande d'aujourd'hui traite, de manière quasi unanime, de l'élection de Hannelore Kraft à la tête du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Mais certains reviennent aussi sur les tribulations des banquiers.

default

Première femme élue à la tête du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, Hannelore Kraft (à dr.) a du pain sur la planche...

Les paroles de réconciliation adressées par madame Kraft à son prédécesseur ne peuvent cacher la contradiction inhérente à son arrivée à la tête de la Rhénanie du Nord-Westphalie, analyse la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Cette offre maintes fois formulée de collaboration avec toutes les fractions politiques contredit l'exigence martelée avant et après le scrutin d'un « changement radical de politique pour la région ». À vouloir défaire le travail de la coalition précédente, elle ne peut s'attendre à ce que l'opposition lui tende la main.

NRW-Ministerpraesidentin Hannelore Kraft

Deux femmes à la tête du land le plus peuplé d'Allemagne, cela va peut-être insuffler un nouveau style à la politique au quotidien...

Cette nouvelle coalition est le fruit d'un résultat électoral équivoque, juge l'autre quotidien francfortois, la Frankfurter Rundschau. Mais que CDU et FDP reprochent à madame Kraft que sa coalition dépend du bon vouloir du parti de La Gauche, Die Linke, fait douter du bon fonctionnement de la démocratie représentative. Chrétiens-démocrates et Libéraux considèrent l'antinomie existante entre opposition et majorité comme indépassable. Ils se figent en un bloc d'opposition et rejettent tout projet du nouveau gouvernement, qu'importe qu'il soit bien-fondé ou, et c'est là le problème, qu'il coïncide avec la volonté majoritaire des citoyens. En quoi cela rend-t-il les conservateurs et les Libéraux plus aptes à faire de la politique que le parti de la gauche radicale ?

Landtag in Düsseldorf

Le parlement régional de Düsseldorf va devenir le théâtre d'une nouvelle manière de faire de la politique : convaincre au lieu d'imposer...

En Rhénanie du Nord-Westphalie, la Süddeutsche Zeitung s'attend à une leçon de démocratie, difficile mais fructueuse. Un gouvernement minoritaire n'est pas moins valeureux en termes démocratiques. La valeur et la profondeur de son travail se révèlent par contre bien mieux que celles d'une majorité politique. La leçon ne sera pas difficile seulement pour la coalition de Hannelore Kraft, elle le sera aussi pour son opposition disparate. Le quotidien de Munich revient également en première page sur la condamnation à 10 mois de prison avec sursis du premier banquier allemand pour avoir manipulé le cours des actions de sa banque et trompé les petits épargnants.

Der fruehere Vorstandsvorsitzende der Deutschen Industriebank Stefan Ortseifen

Il est le premier banquier allemand à payer pour avoir trompé ses clients lors de la crise financière...

Un jugement qui fait dire à Die Welt : pour aussi peu satisfaisant qu'il soit dans cette affaire, le principe est juste. Le propre de l'entreprise est la prise de risques. Et l'État ne peut juger que de manière limitée de la légitimité de tel ou tel risque. Dans l'économie de marché, l'échec ne doit pas être interdit. Le problème de la crise financière a été que ce sont les contribuables qui doivent en assumer les conséquences. La mission attribuée à la future autorité de régulation bancaire sera justement de mettre fin à ce scandale car les peines de prison des banquiers ne remboursent pas l'argent public dépensé.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !