1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Timide intérêt de Trump pour l'Afrique

Depuis le début de son mandat, le nouveau locataire de la Maison Blanche n'a pas beaucoup parlé de l'Afrique, sauf pour évoquer la réduction de l'aide au développement ou du financement des projets de planning familial.

Peu de temps après son entrée à la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a passé quelques appels téléphoniques à des leaders africains dont les présidents nigérian, sud-africain et kenyan. Mais depuis, l'Afrique ne semble plus être vraiment à l'ordre du jour à Washington. La Maison Blanche est beaucoup plus préoccupée par la Russie, la Corée du Nord et le Moyen Orient. 

L'approche de Trump sur la politique étrangère ne met pas en général beaucoup l'accent sur des alliances stratégiques basées sur des valeurs communes ou le développement à long terme. Il favorise plutôt une approche transactionnelle, cherchant des profits à court terme à travers des accords bilatéraux. Ce qui est une bonne nouvelle pour les "dictateurs" africains, selon Bronwyn Bruton du Conseil Atlantique, un groupe de reflexion basé à Washinton :

"Il y a un certain nombre de régimes, qui ont été marginalisés par l'administration Obama: le Zimbabwe, le Soudan, l'Érythrée - (…) Et ces pays étaient  impatients et c'est un bonheur pour eux que le président ne se soucie pas beaucoup des droits de l'homme et désire être entièrement transactionnel dans sa relation avec d'autres gouvernements."
Abdu Suleye Diop, représentant le milieu d'affaire marocain au sommet "Etats Unis- Afrique" qui s'est récemment tenu à Washington, estime que les Américains doivent changer leurs attitudes:

"Nous avons besoin que les Etats-Unis reconsidèrent leur manière de traiter avec l'Afrique. Nous n'avons pas besoin de l'aide et de quelques subventions. Nous avons besoin d´une coopération réelle dans le transfert du savoir-faire. Nous n'avons pas la même force que les US, mais nous pouvons être des vrais partenaires pour un business futur.“

USA Donald Trump Kabinettssitzung (Reuters/K. Lamarque)

En Afrique, on redoute que Donald Trump remette en cause l'AGOA, l'accord commercial qui facilite l'entrée des africaine sur le marché américain

Ensuite il y a l'armée des États-Unis. Sous Obama, les Américains ont  étendu  leur réseau de bases en Afrique en unissant les forces afin d'effectuer des attaques de drone contre des groupes terroristes. Trump va encore plus loin en donnant une liberté à l'armée, dit Katie Zimmerman du groupe de réflexion conservateur "Institut américain d'entreprise" :

"Nous avons déjà vu quelques changements avec l'administration Trump : le plus significatif  jusqu'à présent á été la Somalie, où des forces américaines ont maintenant la capacité de conduire des attaques offensives  contre les Shebab sous la protection de ses partenaires sur le terrain."

L'action militaire, le développement économique et la bonne gouvernance doivent cependant aller de pair pour améliorer la sécurité, explique Katie Zimmerman. Dans ce sens, cela pourrait être une bonne chose que Donald Trump n'ait pas mis encore sa marque sur la politique des Etats-Unis envers l'Afrique. De cette façon, une certaine continuité est préservée - du moins pour l'instant.
 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !