Ticket de non-retour pour le patron de la Deustche Bahn | Vu d′Allemagne | DW | 31.03.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Ticket de non-retour pour le patron de la Deustche Bahn

En une des journaux, des photos de Hartmut Mehdorn. Le patron de la Deutsche Bahn a annoncé sa démission suite à un scandale d'espionnage interne. Les journaux commentent aussi le départ du chef de GM, Rick Wagoner.

default

Hartmut Mehdorn a annoncé sa démission à la conférence de presse annuelle de la Deutsche Bahn.

Grâce à cette affaire d'espionnage interne, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung, les adversaires de Hartmut Mehdorn ont eu l'occasion rêvée de prendre une revanche. En dix ans à la tête de la Deutsche Bahn, Hartmut Mehdorn en a énervé plus d'un avec sa manière, à la limite de l'arrogance, de se battre pour "son" entreprise : ministres, députés, syndicalistes, sans compter employés et clients. Sourd à toute critique, le patron des chemins de fer allemands a été à plusieurs reprises sauvé par les bons résultats de son groupe. Mais cette fois, les soupçons d'espionnage systématique des mails de son personnel ont eu raison de sa carrière.

Pour la tageszeitung, ce n'est pas le scandale d'espionnage qui a causé la perte de Hartmut Mehdorn, mais le projet de privatisation de la Deutsche Bahn, auquel le gouvernement a finalement retiré son soutien. Le projet a été étouffé dans l'oeuf à cause de la crise économique : à quelques mois des élections législatives et dans un tel contexte, il était impensable d'effectuer la privatisation qui tenait tant à coeur à Hartmut Mehdorn, non seulement parce qu'elle n'aurait pas été comprise par la population, mais également parce qu'elle n'aurait pas assez rapporté aux caisses publiques. Le gouvernement a donc annulé le projet et laissé tomber Hartmut Mehdorn.

La Bild-Zeitung estime que le patron des chemins de fer aurait mérité une sortie plus digne. Malgré toutes les bavures et les affaires qui ont marqué ses années à la tête du groupe, Hartmut Mehdorn a tout de même réussi à faire d'une compagnie nationale au bord de la faillite un groupe logistique internationalement reconnu. En pleine crise économique, le gouvernement doit maintenant lui trouver un successeur. Ce n'est pas une mince affaire car la Deutsche Bahn est frappée de plein fouet par le ralentissement économique. Le nouveau chef devra posséder de nombreuses qualités de son prédécesseur pour réussir dans sa tâche : de la ténacité, de la combativité et une bonne carapace !

Symbolbild Wagoner GM Rücktritt

Rick Wagoner, ex-patron de GM

Une photo de Rick Wagoner, désormais ex-chef de General Motors, s'affiche en première page du cahier économique de Die Welt. Pour la filiale Opel, celui qui va lui succéder représente une lueur d'espoir. Contrairement au caratère borné de son prédécesseur, Fritz Henderson est un dirigeant pragmatique et un bon observateur du marché. Il devrait pouvoir mieux évaluer quelles sont les chances d'un modèle automobile plus petit et plus économe en Europe. Mais surtout, on dit de lui qu'il s'appuie sur des faits et de bons arguments pour prendre des décisions. Cela pourrait être déterminant pour l'avenir d'Opel.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !