Thaïlande : un bain de sang symbolique | International | DW | 16.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Thaïlande : un bain de sang symbolique

Cinquième jour de manifestations en Thaïlande : Les "Chemises rouges" vident devant les bureaux du Premier ministre Abhisit Vejjajiva des bouteilles remplies de leur propre sang.

default

Les manifestations se poursuivent aujourd'hui à Bangkok. Des dizaines de milliers de personnes réclament depuis quatre jours, dans les rues de la capitale thaïlandaise, la dissolution du Parlement et l'organisation d'élections anticipées. Le gouvernement reste toutefois de marbre.

Une certaine frustation au sein des contestataires

Symbolisches Blutopfer Bangkok Thailand

Les "chemises rouges" organisent un bain de sang, symbole de leur "sacrifice pour la démocratie"

C''est donc une certaine frustration qui règne dans les rangs des manifestants, qui déplorent le manque de réaction du gouvernement, malgré un énorme rassemblement de 150 000 personnes dimanche dernier à Bangkok. Les « chemises rouges », comme ils se nomment, sont des militants qui viennent pour leur très grande majorité des zones rurales. Ce sont des partisans de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé en 2006. Thaksin Shinawatra a été condamné à deux ans de prison pour corruption. Pour échapper à la peine de prison, il est parti en exil et vit principalement à Dubai. Les revendications des manifestants sont claires :

Thailand Dossier Teil 3 15. März 2010

Les manifestations ont commencé vendredi dernier à Bangkok

« Nous sommes un mouvement pacifiste. Nous ne souhaitons pas que ce conflit politique porte préjudice à notre pays. Nous avons proposé une solution de sortie de crise. Nous voulons la dissolution du parlement et l'organisation de nouvelles élections. Si le gouvernement refuse, il sera tenu responsable de nos futures actions. »

Une situation malgré tout explosive

Hier, deux soldats thaïlandais ont été blessés par des jets de grenade sur une base militaire. On ne sait pas encore si ces explosions sont véritablement liées aux manifestations, mais la tension monte en tous les cas à Bangkok. Et on se souvient de graves violences orchestrées par les chemises rouges qui avaient déstabilisé le pays, l'an passé. Ce qui est sûr, c'est que l'actuel Premier ministre rejette les revendications des manifestants. Abhisit Vejjajiva avait remporté les dernières législatives de 2008 parce qu'il avait profité de la dissolution par la justice du parti de son rival Thaksin.

Thaksin Shinawatra

L'ancien chef du gouvernement Thaksin Shinawatra vit en exil à Dubaï

Ce matin, les contestataires ont déversé des échantillons de sang de chacun des manifestants - (il y en avait des centaines de litres !) - devant le bureau d'Abhisit. Il s'agissait de mettre en scène un bain de sang symbolique en faveur de la démocratie. 50 000 soldats et policiers sont mobilisés depuis vendredi à Bangkok.

Auteur : Carine Debrabandère
Edition : Fréjus Quenum

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !