1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Sport

Témoignage de corruption dans le football sud-américain

Les anciens responsables du football sud-américain se seraient illustrés dans la corruption. Des milliers de dollars auraient été versés par de grandes sociétés comme pots-de-vin dans certains contrats.

C’est un tableau accablant qui a été dressé par le tout premier témoin dans le procès Fifa Alejandro Burzaco. Depuis 2006 et jusqu'à son inculpation par la justice américaine en mai 2015, ce témoin dirigeait une puissante société argentine  directement impliquée dans de multiples contrats de droits télé en Amérique du Sud.

Lors de son interrogatoire, Alejandro Burzaco - qui était proche du très puissant président de la fédération argentine de football Julio Grondona, décédé en 2014 - a avoué ce mardi que sa société avait participé des années durant au paiement de millions de dollars de pots-de-vin aux responsables de la confédération sud-américaine du football, la Conmebol.

Devant le procureur, M.Burzaco a aussi affirmé que de nombreuses chaînes télévisées et sociétés audiovisuelles payaient ces pots-de-vin, notamment TV Globo (Brésil), Fox Sport (Etats-Unis) ou Mediapro (Espagne).

Paraguay Fußball Alejandro Dominguez & Horacio Cartes & Joseph Blatter (picture-alliance/dpa/A. Cristaldo)

Juan Angel Napout (deuxième en partant de la droite) aux côtés de Sepp Blatter (au centre)

Des millions de dollars sous la table

Le président de la Conmebol, le Paraguayen Nicolas Leoz, et ses lieutenants, Julio Grondona et Ricardo Teixeira, ex-président de la fédération brésilienne, auraient reçu notamment quelque 600.000 dollars par an en échange de contrats liés aux tournois de la Copa Libertadores (l'équivalent de la Ligue des champions en Amérique du Sud) et de la moins prestigieuse "Copa sudamericana", ainsi que plusieurs millions supplémentaires pour des contrats ciblés.

Sur les 42 personnes visées par la justice américaine dans ce scandale, trois hommes, à savoir José Maria Marin, (l'ex-président de la puissante fédération brésilienne), Manuel Burgas (qui dirigea la fédération péruvienne de 2002 à 2014) et Juan Angel Napout (ex-président de la fédération paraguayenne) sont les seuls à être jugés dans ce procès censé durer six semaines.