1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Syrie : l'interminable guerre civile

Alors que l'année 2012 se termine, une fin du conflit en Syrie n'est toujours pas en vue. Jusqu'ici, toutes les initiatives politiques et diplomatiques pour mettre un terme aux violence se sont révélées vaines.

En 21 mois de conflit, plus de 45.000 personnes, dont une majorité de civils, ont été tuées, deux millions d'autres déplacées. Ce jeudi, à Damas, l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe a une nouvelle fois lancé un appel pour un retour à l'Etat de droit en Syrie. Lakdar Brahimi a également  demandé un vrai changement, un changement qui  ne doit pas être "cosmétique". L'envoyé spécial a enfin plaidé pour la formation d'un gouvernement de transition muni des pleins pouvoirs. Cette période de transition prendrait fin avec la tenue d'élections.        

Syrien Assad Brahimi

Lakhdar Brahimi en discussion avec le président syrien Bachar al Assad (24.12.12)

Quelles élections ?

Selon l'émissaire spécial, ces élections pourraient être : « soit présidentielles s'il y a accord pour conserver un régime présidentiel, soit seulement parlementaires s'il y a accord pour un changement vers un régime parlementaire.» Cependant, il n'a pas précisé de calendrier pour ces élections. C'est en mai 2012 que les dernières élections parlementaires ont eu lieu. Les députés ont été élus  pour un mandat de quatre ans. Quant au mandat présidentiel de Bachar al-Assad, il doit lui normalement prendre fin en 2014.           

Projet précis pour mettre fin au conclit ?

A Damas, l'émissaire international Lakhdar Brahimi  a déclaré ne pas présenter un projet complet, préférant soumettre « un projet auquel les parties auront donné leur accord afin d'en faciliter l'application ». Si cela devait se révéler irréalisable, a ajouté Lakdar Brahimi, "la dernière solution reste d'aller au Conseil de sécurité qui prendra une résolution contraignante".   

Syrien Bürgerkrieg Lage in Aleppo Rebellen

Combattants rebelles à Alep

Une perspective qui devrait tempérer les espoirs d'une paix rapide, puisque au cours des 21 mois de guerre civile, le Conseil de sécurité n'a jamais réussi à prendre une telle résolution ! Notamment en raison du soutien de la Chine et de la Russie qui ont usé de leur droit de véto au sein du Conseil pour soutenir le régime de Bachar al Assad, leur allié de longue date.

Lakhdar Brahimi a par ailleurs démenti la mise au point d'un plan américano - russe de règlement du conflit, ce que le Kremlin a également fait. Toutefois, samedi prochain, l'émissaire international sera reçu à Moscou par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.  De son côté, le président syrien Bachar al Assad a envoyé son vice-ministre des Affaires étrangères, Faisal Mokdad, dans la capitale russe. 

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !