Syrie : le président persiste et signe | Vu d′Allemagne | DW | 11.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Syrie : le président persiste et signe

Les journaux de ce mercredi commentent entre autres le discours du président syrien Bachar al-Assad, hier à la télévision officielle. Une allocution dont l'interprétation est unanime parmi les éditorialistes.

Assad a tenu son premier discours officiel depuis sept mois

Assad a tenu son premier discours officiel depuis sept mois

Bachar al-Assad n'a jamais été un grand orateur, cela s'est une fois encore confirmé dans son discours, écrit die tageszeitung. Mais le président syrien a été clair sur un point : il luttera jusqu'au bout pour se maintenir au pouvoir. En réduisant les manifestations qui agitent le pays depuis 10 mois à l'œuvre de "quelques extrémistes prêts à la violence", il ne met pas seulement en doute la légitimité du mouvement de contestation, mais son existence-même. Selon le journal, il est évident que le sang va continuer de couler en Syrie.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung n'est pas étonnée de voir le président syrien s'accrocher à son fauteuil. Son homologue yéménite Ali Abdoullah Saleh lui a montré l'été dernier comment, avec un peu de tactique, on peut donner l'impression de céder du terrain tout en maintenant l'ordre établi. Dans son quatrième grand discours depuis le début du "printemps syrien", Bachar al-Assad a annoncé un référendum constitutionnel pour le mois de mars. A part ça, il dénonce un "complot de l'étranger" et l'action de "terroristes" qu'il promet de mater "d'une main de fer". Des mots qui appartiennent au passé au Proche-Orient.

Selon la télévision syrienne, le président s'est adressé à des milliers de partisans du régime ce mercredi à Damas

Selon la télévision syrienne, le président s'est adressé à des milliers de partisans du régime ce mercredi à Damas

La Syrie est dans l'impasse, constate la Süddeutsche Zeitung. Comme un moulin, Bachar al-Assad ressasse ses promesses de nouvelle constitution, de nouvelles lois, de lutte contre la corruption. Mais cela fait des années qu'il promet ces réformes sans jamais les appliquer. Les contestataires, qu'ils soient pacifistes ou militarisés, ne lui font plus confiance. Pour trouver une issue à cette impasse, il faudrait que le président jette les bases d'un dialogue entre le régime et l'opposition. Cela permettrait aussi, souligne la Süddeutsche Zeitung, d'isoler les militants tentés par la violence.

Pour illustrer le peu d'illusions que se font les éditorialistes allemands sur l'avenir de la Syrie, Die Welt n'accorde qu'un court encadré au discours présidentiel. "Assad se considère comme une victime", souligne le quotidien qui ajoute qu'Israël se prépare apparemment à un afflux massif de réfugiés syriens. Le chef d'état-major de l'armée, Benny Gantz, a ouvertement évoqué la chute probable de Bachar al-Assad.

Auteur : Anne Le Touzé
Edition : Konstanze von Kotze

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !