1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Forum des cultures

Sur les traces du sultan Njoya

Trouver des bribes de vie dans des archives historiques et les transformer en romans, c’est la passion de l’écrivain camerounais Patrice Nganang. L'auteur de « Mont plaisant » est venu présenter son livre en Allemagne.

Patrice Nganang

Patrice Nganang

C'est lors d'une après-midi littéraire au musée ethnographique Rautenstrauch-Joest de Cologne, que l'écrivain camerounais Patrice Nganang a présenté son roman « Mont plaisant », paru à la fin de l'année dernière en Allemagne sous le titre « Der Schatten des Sultans » (l'ombre du sultan). Ce livre retrace les destins croisés de personnages historiques ou fictifs à travers plusieurs époques : une historienne d'origine camerounaise installée aux Etats-Unis qui vient faire des recherches à Yaoundé de nos jours ; une vielle dame, Sarah, qui raconte ses souvenirs d'enfance sous l'époque coloniale ; son père, un Camerounais qui a habité à Berlin entre les deux Guerres mondiales ; Charles Atangana, le dernier grand chef du peuple Ewondo et surtout le sultan Njoya, qui a régné sur le royaume bamoum dans le nord-ouest du Cameroun de 1894 à 1933.

La traduction allemande du roman, « Der Schatten des Sultans », est parue aux éditions Peter Hammer Verlag

La traduction allemande du roman est parue aux éditions Peter Hammer Verlag

Avant d'écrire ce roman, Patrice Nganang s'est plongé dans des archives en Allemagne, mais aussi au Cameroun, en Belgique, en France et aux Etats-Unis. Dans son livre, il fait justement dialoguer une historienne qui fait le même type de recherches que lui et un témoin, qui raconte l'Histoire de façon ressentie et même un peu imaginée.

La version allemande de « Mont Plaisant » est parue aux éditions Peter Hammer Verlag. La période historique abordée dans le roman, même si elle concerne le passé colonial du pays, est très peu connue du public allemand. Le livre a toutefois été très bien accueilli en Allemagne, estime Patrice Nganang. Son passage au musée ethnographique de Cologne a d'ailleurs été l'occasion d'une suprise intéressante pour le romancier : le musée possède l'un des trônes du sultan Njoya. Un autre trône du souverain bamoum, offert aux autorités coloniales allemandes de l'époque, se trouve à Berlin. Et c'est justement cet objet qui avait, lors d'une visite au musée ethnologique de la capitale en 1990, éveillé la curiosité de Patrice Nganang et qui a fait qu'il s'est intéressé plus en détail à ce personnage historique.

Écouter l'audio 12:31

Ecoutez le Forum des Cultures

Audios et vidéos sur le sujet