1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

"Super sunday" en Afrique

Une véritable journée électorale dans six pays. Au Congo-Brazza, on assiste à passage en force du président sortant tandis qu’au Niger l'issue du scrutin ne fait guère de doute. Au Bénin aussi, c'est la présidentielle.

Écouter l'audio 00:53

"Un seul mandat n'est pas suffisant pour surmonter les défis..." (Président Issoufou après le vote)

Issoufou : « un mandat ne suffit pas pour faire le travail »

Au Niger, le président sortant, Mahamadou Issoufou est largement favori du second tour de la présidentielle en l'absence du candidat d'opposition. A Niamey, la plupart des bureaux ont pu ouvrir sans problème, parfois avec un peu de retard. La mobilisation est moins importante que lors du premier tour même s’il y a des queues devant certains bureaux.

Le chef de l'Etat sortant, qui brigue un deuxième quinquennat a obtenu 48,43% au premier tour et négocié le ralliement de plusieurs candidats.

L'opposition a appelé au boycott et a annoncé qu'elle ne reconnaîtrait pas les résultats en l’absence de son candidat Hama Amadou, détenu dans affaire liée à un trafic de bébé. Hama Amadou a été évacué mercredi dernier vers Paris depuis sa prison de Filingué. Une localité située à 180 km au nord de Niamey. Ecoutez en cliquant sur l'image ci-dessous, le président Mahamadou Issoufou.

Congo : Silence, on fraude !

Au Congo Brazzaville, l'élection se déroule dans un contexte tendu. Le gouvernement a ordonné aux entreprises de téléphonie de suspendre leurs services le jour du vote pour des raisons de sécurité. L'opposition a dénoncé cette décision, estimant qu'elle avait été prise pour compliquer la tâche des scrutateurs et facilité la fraude. Les bureaux de vote ont ouvert ce matin à Brazzaville, la capitale où les autorités ont également interdit l'usage de véhicules motorisés, ainsi que dans l'ensemble du pays. Des barrages ont été dressés dans la capitale par les forces de l’ordre

pour faire respecter cette interdiction selon des témoins.

Le président Denis Sassou-Nguesso brigue un troisième mandat consécutif et fait figure de grand favori après avoir modifié la constitution et l'avoir soumise à un référendum boycotté par l’opposition fin 2015. Huit adversaires font face au président, Sassou-Nguesso, 72 ans, dont cinq ont conclu un accord de retrait au second tour en faveur du premier arrivé, au cas où le président sortant serait mis en ballottage.

Au Bénin, le suspens demeure et l'argent coule

Au premier tour, Lionel Zinsou, soutenu par le chef de l'Etat sortant et par le Parti du renouveau démocratique, principale formation de l'opposition, avait obtenu 28,4% des suffrages contre 24,8% pour son adversaire, l’homme d’affaires Patrice Talon. Après un premier tour serré, l'issue du scrutin est incertaine.

Quelque 4,7 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour le second tour de la présidentielle. Lionel Zinsou, ancienne plume du Premier ministre socialiste français Laurent Fabius dans les années 1980, a quitté son poste à la tête de PAI Partners, un des plus gros fonds d'investissement européens, pour devenir Premier ministre du Bénin en juin 2015. Il est accusé par son challenger, Patrice Talon, d’être un candidat de l’étranger. Patrice Talon tient lui à son image d'homme d'affaires prospère et dit incarner la rupture. Des sources concordantes signalent un taux de participation "très faible" des électeurs au second tour de la présidentielle. Aussi, depuis hier, on signale de nombreux cas d'achat de conscience. Plus qu'au 1er tour, beaucoup, beaucoup d'argent a circulé. Du côté des deux camps: Zinsou et Talon. Aujourd’hui, encore, des cas de fraudes sont dénoncés et des gens arrêtés.

Le réferendum constitutionnel, un test pour Macky Sall

Au Sénégal, les populations se prononcent par référendum sur des réformes constitutionnelles, dont la réduction du mandat du chef de l'Etat de sept à cinq ans. Cette consultation qui a pris des allures de vote pour ou contre le président Macky Sall. L'affluence était faible dans la matinée après l'ouverture à 08H00, heure locale des bureaux de vote, selon l'AFP. Les bureaux devaient fermer à 18H00.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !