1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

"Super jeudi" électoral en Zambie

Sept millions de Zambiens sont appelés aux urnes pour élire un nouveau président, des députés et des conseillers municipaux mais aussi pour se prononcer, par voie référendaire, sur un amendement de la Constitution.

Pour ce qui est de la présidentielle, le scrutin s'annonce très serré entre le chef de l'Etat sortant Edgar Lungu et son rival Haikande Hichilema. Les rivalités entre les deux favoris inquiètent les observateurs, après une campagne électorale émaillée d'incidents, nombreux sont ceux qui craignent des violences. Il faut dire que les attentes sont élevées.

Un "modèle" de démocratie menacé

L'an dernier encore, les Etats-Unis qualifiaient la Zambie de "modèle pour l'Afrique". Le pays situé en Afrique australe, coincé entre la RDC, la Tanzanie, le Malawi, le Mozambique, le Zimbabwe, la Namibie et l'Angola, était souvent cité en exemple pour sa bonne santé démocratique et économique.

Sambia Lusaka Wahlen Plakat von Hakainde Hichilema

Hakainde Hichilema est le président de l'Alliance démocratique unie (UPND), parti d'opposition

Jusqu'à ce que la conjoncture vienne s'en mêler: huitième producteur mondial et deuxième producteur de cuivre du continent, la Zambie a été touchée de plein fouet par la baisse des cours mondiaux. Les conséquences sont dévastatrices: des milliers d'emplois ont été supprimés dans le secteur minier, la croissance économique a été divisée par deux et cette année, Lusaka a demandé de l'aide au Fond monétaire international. Plus de 60% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Une campagne électorale difficile

En arrivant au pouvoir en janvier 2015, Edgar Lungu avait promis de "bannir la pauvreté". Élu pour achever le mandat de son prédécesseur Michael Sata, décédé brutalement en octobre 2014, Edgar Lungu avait gagné avec une très courte avance sur Hakainde Hichilema. Les deux hommes s'affrontent donc aujourd'hui, jeudi 11 août une nouvelle fois mais le climat a changé. Ces dernières semaines les supporters de leur parti respectif se sont violemment affrontés, à tel point que la campagne électorale a dû être suspendue pendant dix jours au mois de juillet et que Kenneth Kaunda a pris la parole.

Sambia Lusaka Wahlen Anhänger von Präsident Edgar Lungu

Hormis le président sortant Edgar Lungu, huit candidats sont en lice pour le scrutin présidentiel

Le tout premier président de la Zambie a exhorté ses compatriotes à "embrasser la paix avant les élections". Les acteurs politiques ne devraient pas travailler sur la réduction de la violence mais la fin de la violence, a-t-il encore martelé. Le vainqueur de l'élection sera élu pour un mandat de cinq ans. Si aucun des deux candidats n'obtient 50% des voix, un second tour sera organisé.

L'UA et l'UE au chevet de la Zambie

À noter que l'Union européenne a dépêché une équipe de 80 observateurs dans les dix provinces du pays pour suivre le processus de vote et le décompte des voix. Quant à l'Union africaine, elle a approuvé le déploiement d'une Mission d'observation électorale composée, pour la première fois, d'analystes électoraux mais aussi judiciaires, politiques et des médias.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !