1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Succès mitigé pour les indépendantistes de Catalogne

L'ensemble des formations indépendantistes a remporté les deux tiers des 135 sièges du parlement régional. Mais le président de la Catalogne Artur Mas a subi un échec cuisant : son parti, l'alliance CiU, s'est effondré.

Il a perdu son pari: Artur Mas, président de la Catalogne et chef de la coalition CiU a vu fondre sa majorité aux régionales

Il a perdu son pari : Artur Mas, président de la Catalogne et chef de la coalition CiU a vu fondre sa majorité aux régionales

Le drapeau catalan : il faudra encore du temps pour que les indépendantistes parviennent à un référendum

Il faudra encore du temps pour que les indépendantistes parviennent à un référendum

Un échec cuisant, un pari perdu... voilà comment les journaux espagnols ont commenté l'initiative menée par l'actuel chef de gouvernement de la Catalogne, Artur Mas. Très sûr de lui, il avait en effet lancé ces élections régionales anticipées pour obtenir un référendum sur l'indépendance de sa région, comme il l'avait annoncé lors de sa campagne électorale :

« Lorsque l'on est convaincu - et je le suis et comme les manifestations de septembre l'ont montré - qu'une majorité désire l'indépendance, même si elle n'est pas encore aussi grande que nous l'espérons, alors je suis convaincu que cela est possible. Tout est possible lorsque l'on a des rêves ambitieux. »

Les indépendantistes catalans lors d'une manifestation en septembre dernier sur fond de crise et d'austérité

Les indépendantistes catalans lors d'une manifestation en septembre sur fond de crise et d'austérité

Manque de crédibilité

Sauf que de nombreux Catalans n'ont pas cru à un engagement sincère du président de la région, ni de sa formation Convergencia i Unio, une alliance considérée plutôt comme "nationaliste modérée". En 32 ans de vie démocratique, ses dirigeants n'ont jamais sérieusement défendu l'indépendance. Et beaucoup n'ont tout simplement pas compris ce virage, comme ce Catalan au micro de Reinhard Spiegelhauer :

« Je suis en fait un électeur de la CiU, mais je trouve que cette fois il faut voter blanc pour protester. Je suis pour la CiU, mais comme elle était jusque-là, tournée vers l'Espagne... »

Du coup, les électeurs ont préféré se tourner vers des partis plus radicaux comme la Gauche républicaine, véritable gagnant de ce scrutin, malgré sa deuxième position. Son nombre de sièges a doublé. Deux autres petits partis, classés à l'extrême gauche, donnent une majorité absolue aux indépendantistes avec environ 60% des sièges. Une avancée de la volonté d'indépendantisme dans une Catalogne qui s'estime brimée économiquement et politiquement par Madrid. Mais les divisions risquent de ralentir le chemin vers un référendum.