1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Suède : Le Festival Swing de Herräng

Cette semaine, notre série Terra Incognita vous emmène swinguer en Suède en compagnie de férus du Lindy Hop. Le Lindy Hop est une danse née dans la rue, dans le New-York afro-américain de la fin des années 1920...

La langue officielle ici est bel et bien ... la danse!

La langue officielle ici est bel et bien ... la danse!

Cela peut paraître étonnant mais au pays des Vikings, on est adepte d’une danse peu connue : le Lindy Hop. Le Lindy Hop, ou Jitterburg, est un mélange de plusieurs danses, principalement le jazz, les claquettes et le charleston…

Naissance d'une danse originale

Pourquoi le Lindy Hop en Suède ? Tout a commencé il y a 25 ans, lorsqu'un groupe de swingueurs suédois a demandé à un professeur de New-York de leur faire découvrir de nouvelles inspirations et techniques de danse. Le premier atelier d’une semaine s'est déroulé à Stokholm, mais rapidement les organisateurs ont décidé de trouver un endroit plus calme pour s'entraîner.

Le village de Herrang, au nord de Stokholm.

Le village de Herrang, au nord de Stokholm.

Le choix s'est porté sur Herrang, un village endormi de 600 âmes, à 100 kilomètres au nord de la capitale. En 1982, 25 danseurs se sont retrouvés pour le premier festival swing de Herrang, un événement culturel plutôt off. Aujourd’hui il rassemble chaque année des milliers de lindy hoppeurs qui affluent d’une quarantaine de pays pour quelques semaines de marathon de danse… A Herrang, les gens se retrouvent pour consacrer leur été à la danse et au délire qui va avec.

Un programme soutenu

Pascal et Séverine viennent de Grenoble, en France, et sont presque les seuls francophones. Mais pas question de parler français, ici la langue officielle est l'anglais... ou plus exactement la danse!

Le rythme est particulièrement soutenu. Au début, Pascal et Séverine ont bien cru qu'ils ne s'en sortiraient jamais. Finalement au bout d'une semaine, ils ont quand même appris beaucoup de choses : figures de Hip Hop, Sying Out, tours intérieurs et extérieurs, Charleston, changement de rythmes, changement de pied, le tout sur une musique swing des années 30 et 40 : "Cela change du traditionnel Rock´n Roll où la base est toujours à six temps".

Cosmopolite

Tapis rouge pour les 25 ans du festival de danse de Herräng en Suède.

Tapis rouge pour les 25 ans du festival de danse de Herräng en Suède.

Outre le programme chargé, ce qui frappe ici, c'est le mélange des nationalités. Lennart Westerlund, l'organisateur du Camp de danse de Herrang, explique que de nombreuses nationalités se donnent rendez-vous ici. Et chaque année, il y en a de nouvelles qui arrivent. Cette année on en compte 41. Certains viennent même de pays très lointains comme la Chine, la Corée du Sud ou l´Argentine. Sans parler des Russes qui sont les plus nombreux ici après les Suèdois et qui, pourtant, il y a huit ans ne connaissaient pas encore le Lindy Hop. Et grâce à la danse tous peuvent communiquer sans pour autant devoir parler.

Un ancien village tombé dans l'oubli

Le camp de danse a lieu dans un ancien village minier, tombé dans l'oubli après que les puits ont été fermés dans les années 60. Selon Lennart, " le festival aide le village à survivre en y apportant de l´argent". Brigitta, elle, tient depuis six ans une boutique à Herrang avec son mari. Grâce au camp, l'été marche très fort pour eux et ils peuvent ainsi passer l'hiver et le printemps plus sereinement. Difficile, en effet de faire marcher le commerce avec seulement six cent habitants. D'ailleurs la boutique ouvre maintenant le samedi jusqu'à six heures et le dimanche, à la grande joie des clients.

L'icône des Lindy Hoppeurs

Frankie Manning, le Nelson Mandela du Lindy Hop.

Frankie Manning, le "Nelson Mandela du Lindy Hop".

La star ici, s'appelle Frankie Manning. Cet Américain de New York danse depuis 1927. La danse a toujours fait partie de sa vie. Ses parents dansaient, ses amis dansaient. A l'époque, danser était quelque chose de naturel et de très agréable. Il y avait de la musique partout. On apprenait donc à danser pour accompagner la musique qu'on entendait. Aujourd'hui âgé de 93 ans, Frankie Manning voyage avec passion à travers le monde pour enseigner cette danse. Certains l´appellent le "Nelson Mandela du Lindy Hop".

Pour Chris, " prendre un cours avec Frankie est un honneur et un privilège, il est une formidable source d´information." Et selon Lennart, Frankie est " un ambassadeur unique de la danse, une icône pour les Lindy Hoppeurs. Il a inspiré beaucoup de gens. Et sans lui le Lindy Hop n'aurait sans doute pas connu cette dimension populaire, née de l'enthousiasme et de l´énergie qu'il insuffle."

Ecouter la musique

Le plus important pour danser le swing est, selon Lennart, d'" écouter la musique". Le swing est un état d'esprit sur lequel il faut pouvoir se lâcher sans attendre d´apprendre pas après pas. Pour pouvoir swinguer il faut être dans le "rythme syncope de la musique des années 30 et 40". C'est d'ailleurs ce qui caractérise l'ambiance à Herrang. Il y a non seulement une approche de la danse, mais aussi une approche de la culture musicale. C'est pourquoi il y a aussi des cours sur l'histoire du swing.

Aimer la musique, le swing et avoir envie de danser : voilà les bases essentielles qu'il faut posséder avant de venir faire un tour à Herrang. Un endroit qui commence à être connu, vu le nombre grandissant de personnes qui s'y rendent chaque année.Ce qui réjouit Frankie Manning qui affirme : "C' est bien, parce que les gens viennent ici et voient que différents groupes ethniques, des gens d'un peu partout dans le monde peuvent se retrouver sans se battre... Si tout le monde dansait, il n'y aurait plus de violence... C'est ce que je pense en tout cas!"

  • Auteur Barbara Gruber (Août 2007)
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2pC
  • Auteur Barbara Gruber (Août 2007)
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2pC