1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Stupeur et condamnations après l'attentat de Nice

Huit mois après les attentats de Paris, le terrorisme frappe de nouveau la France. Cette fois, c'est Nice, dans le sud, qui a été touché. L'attentat provoque des critiques sur l'efficacité de la lutte antiterroriste.

Écouter l'audio 07:03

Le point sur l'attentat de Nice dans le journal de 17:00

L'attentat n'a pas encore été revendiqué mais son mode opératoire et la date choisie - le 14 juillet, jour de la fête nationale française - évoquent les consignes de groupes djihadistes comme al Qaida ou l'organisation Etat islamique. L'enquête devra déterminer comment le camion a pu pénétrer sur la Promenade des Anglais, fermée à la circulation et ultrasécurisée pour la fête nationale.

Un combat global

En attendant, les réactions et les condamnations affluent, notamment depuis le continent africain, touché régulièrement par le terrorisme, comme le rappelle Abdoulaye Koné, conseiller municipal à la mairie de Bamako, la capitale du Mali.

"Nous sommes tous concernés. Bamako a été attaqué, Ouagadougou a été attaqué. La Côte d'Ivoire a été attaquée. Aujourd'hui, c'est Nice. Demain, ce sera peut-être Bamako, Ségou ou une autre région du Mali."

Au Burkina Faso, l’attentat de Nice a une résonnance particulière. Il y a six mois jour pour jour, le groupe al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) attaquait l’hôtel Splendid et le restaurant Cappuccino à Ouagadougou. Bilan: 30 morts et près de 70 blessés. L’attentat le plus meurtrier qu’ait connu le pays. La coïncidence des dates nécessite une lutte commune, selon le président de l’Association Initiative pour la Paix au Burkina Laurent Kibora. Il est au micro de notre correspondant à Ouagadougou, Richard Tiéné.

Sentiment similaire en Côte d'Ivoire, touchée en mars dernier par AQMI. Notre correspondant Julien Adayé a tendu son micro aux Abidjanais (audio à écouter). Le président sénégalais Macky Sall s'est dit profondément attristé par "les attentats inqualifiables tuant lâchement autant de victimes innocentes".

Écouter l'audio 01:00

"Nos autorités doivent redoubler d'effort en misant sur la prévention" (Laurent Kibora, Association Initiative pour la Paix au Burkina)

Ailleurs dans le monde

La chancelière allemande Angela Merkel, actuellement en Mongolie, a exprimé sa solidarité avec la France: "L'Allemagne est aux côtés de la France dans la lutte contre le terrorisme. Les mots suffisent à peine pour dire ce qui nous unit à nos amis français. Nous sommes tous unis dans la stupeur après cette attaque meurtrière à Nice". Les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont rendus ensemble vendredi à l'ambassade de France de Moscou pour y déposer des fleurs et écrire un message de condoléances en mémoire des victimes de l'attentat de Nice. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé vendredi à renforcer les efforts "pour combattre le terrorisme".

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !