SPD: Wolfgang Clement claque la porte | Allemagne | DW | 25.11.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

SPD: Wolfgang Clement claque la porte

Après avoir échappé à une procédure d'exclusion du parti, Wolfgang Clement a finalement décidé de quitter le SPD. Ancien ministre de l'Economie, Wolfgang Clement était l'une des figures emblématiques du parti

Der ehemalige Bundesminsiter Wolfgang Clement gibt am Donnerstag, 7. August 2008, bei einer Pressekonferenz in Bonn eine Erklaerung ab. Der vom Ausschluss aus der SPD bedrohte Ex-Bundesminister hat sich fuer seine umstrittenen Aeusserungen vor der Landtagswahl in Hessen entschuldigt und sein Bedauern ausgedrueckt. Er betonte, Mitglied der SPD bleiben zu wollen. (AP Photo/Hermann J. Knippertz) --- Former German Economy and Labor Minister Wolfgang Clement addresses the media during a news conference in Bonn, western Germany, Thursday, Aug. 7, 2008. (AP Photo/Hermann J. Knippertz)

Décidément, rien ne va plus au sein du SPD, le parti social-démocrate, membre de la coalition au pouvoir à Berlin. Après avoir échappé à une procédure d'exclusion du parti, Wolfgang Clement a finalement décidé de quitter le SPD. Ancien ministre de l'Economie du gouvernement Schröder, Wolfgang Clement est l'une des figures emblématiques des réformes de l'Agenda 2010 de l'ex-chancelier Gerhard Schröder. Son départ est une nouvelle illustration du désarroi des sociaux-démocrates à moins d'un an des élections générales.

Wolfgang Clement am 8. Oktober 2002 im Landtag in Duesseldorf. Erstmals in ihrer Geschichte hat die SPD mit Wolfgang Clement einen frueheren Bundesminister und Ministerpraesidenten aus der Partei ausgeschlossen. Allerdings kuendigte Clements Rechtsbeistand Otto Schily am Donnerstag, 31. Juli 2008, an, gegen die Entscheidung der Schiedskommission in Nordrhein-Westfalen Berufung einzulegen. Nun muss die Bundesschiedskommission ueber das politische Schicksal des 68-Jaehrigen entscheiden. Das Verfahren stellt die im Umfragetief steckende SPD vor eine neue Zerreissprobe. (AP Photo/Wolfgang Clement) ---** FILE ** In this Oct 8, 2002 file photo Wolfgang Clement addresses the media after a Social Democratic Party (SPD) board of directors meeting of the SPD in the German state of North Rhine Westphalia, Duesseldorf, western Germany. (AP Photo/Frank Augstein)

Le cas Wolfgang Clement est en fait à relier à l'imbroglio électoral de février dernier dans la région de Hesse - région au cœur de l'Allemagne qui abrite Francfort, la capitale économique du pays. Andrea Ypsilanti est la chef de file régionale. Elle est favorable à l'abandon du nucléaire, et hostile à la construction de nouvelles centrales au charbon. L'abandon du nucléaire civil a certes été décidé sous le gouvernement Schröder qui a précédé la coalition dirigée actuellement par Angela Merkel. Mais cet abandon est de plus en plus controversé, non seulement du côté des conservateurs, mais également au sein même des sociaux-démocrates. Parmi ces détracteurs : Wolfgang Clement, qui critique ouvertement, à la veille des élections en Hesse, la politique énergétique de la candidate SPD. Il appelle même à ne pas voter pour Andrea Ypsilanti.


** ARCHIV ** Der damalige Bundesminister fuer Wirtschaft und Arbeit, Wolfgang Clement, vor Beginn der Sitzung des SPD-Praesidiums am 28. Feb. 2005 in Berlin. SPD-Fraktionschef Peter Struck hat Exwirtschaftsminister Wolfgang Clement mit Parteiausschluss gedroht. Dieser hatte sich gegen die Wahl der hessischen SPD- Spitzenkandidatin Andrea Ypsilanti ausgesprochen und deren Energiepolitik kritisiert. Struck sagte Spiegel online zufolge am Sonntag, 20. Januar 2008, auf einer Wahlkampfveranstaltung in Bad Homburg: Wer dazu aufruft, die SPD nicht mehr zu waehlen, verdient ein Parteiausschlussverfahren. (AP Photo/Franka Bruns) ---** FILE ** Then German Labor Minister Wolfgang Clement in Berlin in this Feb 28, 2005 file photo. (AP Photo/Franka Bruns)

Wolfgang Clement dépasse alors les bornes, selon la commission du SPD de Rhénanie du Nord-Westphalie, région dont l'homme politique a longtemps été ministre-président. Une longue procédure d'exclusion du parti se met alors en branle, à laquelle l'ancien ministre échappe finalement : ce n'était pas plus tard qu'hier. Et puis patatras, surprise aujourd'hui : c'est Wolfgang Clement qui décide lui-même de quitter le parti.


Regardons à nouveau la situation en Hesse pour mieux comprendre la situation : Aucune majorité ne s'était détachée de ces élections du 24 février dernier, et Andrea Ypsilanti a essayé depuis à plusieurs reprises, sans succès, de former un gouvernement avec les Verts qui aurait été soutenu par la gauche radicale Die Linke - un parti qui réunit ex-communistes et déçus de la social-démocratie. Et c'est la que le bât blesse : Wolfgang Clement, de l'aile droite du parti, a dit et répété qu'aucune alliance n'était possible avec Die Linke. L'aile gauche du SPD est quant à elle ouverte à des alliances régionales avec la gauche radicale. Donc : problème, car on se trouve à moins d'un an des législatives en Allemagne, et cette question fondamentale de possibles alliances avec l'extrême-gauche n'est toujours pas réglée.





  • Date 25.11.2008
  • Auteur Carine Debrabandère
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/G1hs
  • Date 25.11.2008
  • Auteur Carine Debrabandère
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/G1hs