1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Forum des cultures

« Souvent, on nous sous-estime »

Pourquoi est-ce si difficile de programmer en Allemagne un Faust ou un Woyzeck noir ? Le danseur burkinabè Ahmed Soura incarne dans un solo les grands rôles du répertoire allemand à la lumière de sa propre culture.

Écouter l'audio 12:35

Ecoutez le Forum des Cultures !

Danseur chorégraphe d’une trentaine d’années, Ahmed Soura mène avec brio un solo intitulé « Hauptrolle », « Rôle principal » qu’il vient de présenter au Ballhaus Ost à Berlin. Une pièce écrite pour lui par Christoph Winkler où il décrit à la fois son parcours de danseur entre l’Afrique et l’Europe et comment il perçoit - lui l’artiste burkinabais - le monde du théâtre allemand. Un monde encore bien homogène - et bien blanc.

Il y a des rencontres qui changent le cours d’une vie. C’est ce qui s’est passé en 2010 pour Ahmed Soura. Cette année-là, il travaille avec le metteur en scène allemand Christoph Schlingensief. Christoph Schlingensief, décédé en 2011 d’un cancer, c’était une figure hors norme de la scène allemande. Un homme attaché à l’Afrique puisque c’est lui qui a lancé le projet d’un village opéra au Burkina Faso, aux alentours de la capitale Ouagadougou.

Cette collaboration avec Schlingensief pour « Via Intolleranza II » sera une sorte de tremplin pour Ahmed Soura. Il décroche ensuite des rôles à l’opéra à Berlin et remporte le troisième prix du festival du solo de Stuttgart. Et puis, c’est sur ce projet avec Christoph Schlingensief qu’il rencontre sa compagne, une Allemande.

Audios et vidéos sur le sujet