Soupçons de fraudes au Kosovo | Europe | DW | 13.12.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Soupçons de fraudes au Kosovo

Le parti du Premier ministre Hashim Thaçi aurait remporté les élections législatives de dimanche. Mais ces résultats qui devraient déboucher sur un gouvernement instable sont entachés par deux possibles cas de fraudes.

Les élections législatives étaient les premières au Kosovo depuis son indépendance en 2008

Les élections législatives étaient les premières au Kosovo depuis son indépendance en 2008

Selon toutes vraisemblances, c'est le parti social-démocrate PDK qui serait arrivé en tête avec environ un tiers des suffrages. Ce résultat signifie que l'actuel Premier ministre, Hashim Thaçi, devrait demeurer à son poste. Mais sa tâche s'annonce ardue car les partis arrivés en 2e et 3e position ont déjà annoncé qu'ils ne voulaient pas participer à une coalition gouvernementale.

Qui plus est, le Premier ministre Hashim Thaçi ne pourra pas non plus se tourner vers la quatrième force politique, l'Alliance pour l'avenir du Kosovo de l'ancien Premier ministre Ramush Haradinaj, car ce dernier est à La Haye où il attend son procès pour crimes de guerre devant le Tribunal pénal international. Sans oublier le fait que Hashim Thaçi et Ramush Haradinaj se détestent copieusement. Autant dire que la formation d'un gouvernement s'annonce épineuse.

L'eurodéputée allemande Doris Pack a contrôlé pour l'Europe le déroulement de ces élections

L'eurodéputée allemande Doris Pack a contrôlé pour l'Europe le déroulement de ces élections

Score à la soviétique

Par ailleurs, deux cas de fraudes possibles ont été rapportés par les observateurs internationaux : il s’agit deux municipalités du bastion régional de la Drenica (centre) du Premier ministre Hashim Thaçi dans lesquelles ce dernier a recueilli plus de 90% des suffrages. Un score à la soviétique qui laisse planer un doute sur la régularité de ce scrutin même si l'issue finale ne devrait pas en être modifiée.

Ces faits, s’ils sont confirmés, sont d’autant plus regrettables que dans l’ensemble le scrutin s’est déroulé correctement. « Il y a eu bien sûr quelques ennuis techniques. Mais à part cela, je pense qu'il s'agit d'une franche amélioration par rapport aux élections précédentes », a déclaré l’eurodéputée allemande Doris Pack, membre de la mission d'observateurs européens. « C'est pourquoi nous sommes tous d'avis que ce scrutin est un pas supplémentaire dans la construction démocratique du Kosovo. »

La communauté internationale a en effet suivi de près ce scrutin car il s'agit d'une zone sensible. Le Kosovo est une ancienne province serbe qui a déclaré son indépendance de manière unilatérale en 2008. La Serbie n'a toujours pas reconnu cet état de fait mais a assoupli sa position sous la pression de Bruxelles. Le bon déroulement de ces élections était donc essentiel pour la pacification de cette région, endeuillée par une guerre civile au milieu des années 1990. Dans tous les cas, ces fraudes, même si elles sont minimes, sont une mauvaise note pour le Kosovo.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Elisabeth Cadot