1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Soulagement après l'accord sur la Grèce

Les ministres de l'Eurogroupe et le FMI se sont mis d'accord pour réduire la dette grecque et accorder l'aide financière promise. Le Premier ministre grec Antonis Samaras a salué cet accord. Est-ce la sortie de crise ?

Le minsitre allemand des Finances Wolfgang Schäuble est satisfait du résultat obtenu après 12 heures de discussions et trois séances de travail

Le minsitre allemand des Finances Wolfgang Schäuble est satisfait du résultat obtenu après 12 heures de discussions et trois séances de travail

La chef du FMI Christine Lagarde a demandé aux Européens de faire un effort pour la Grèce

La chef du FMI Christine Lagarde a demandé aux Européens de faire un effort pour la Grèce

Le pire est en tous cas évité, voilà ce que l'ont peut dire. Le pire pour la Grèce, cela signifiait la cessation de paiement et la sortie de la zone euro. Le pire pour l'Union européenne, cela aurait été un nouvel échec montrant l'incapacité des Européens à gérer leurs problèmes. Avec une implosion de la zone euro fort probable.

Il aura fallu néanmoins 12 heures de négociations et une troisième réunion en trois semaines pour que les ministres de l'Eurogroupe tombent d'accord : la dette grecque sera ramenée à 124% du produit intérieur brut d'ici 2020. Le déblocage de près de 44 milliards d'euros d'aide en plusieurs tranches est acquis. Le premier versement est prévu dès décembre prochain.

À 3 heures du matin, le Premier ministre grec Samaras, visiblement fatigué, déclarait : « Demain, un jour nouveau commence pour les Grecs. » De son côté, le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble (photo de tête) montrait sa satisfaction : « Nous avons fait du bon travail. Nous sommes arrivés à un résultat plus tôt que la semaine dernière. »

Le Premier ministre grec Antonis Samaras a enfin une bonne nouvelle : les Européens évitent la faillite à la Grèce

Le Premier ministre grec Antonis Samaras a enfin une bonne nouvelle : les Européens évitent la faillite à la Grèce

Pas d'annulation de la dette

Sur le paquet d'aide de 43 miliards, la moitié ira au remboursement de la dette auprès des banques. Une dette qui devrait atteindre le taux astronomique de près de 200% du PIB en 2013. Pour sortir le pays de cette spirale infernale, un paquet de mesures compliqué a donc été mis en place. Il comprend la réduction des taux d'intérêt bancaires, la prolongation du délai de remboursement et d'autres dispositions techniques.

Mais pour le parti d'opposition de gauche grec Syriza, cet "accord est un compromis bancal sur la plaie béante de la dette grecque". La véritable solution serait l'annulation pure et simple d'au moins 50% de la dette. Mais là c'est un "nein" catégorique de Berlin. Il faudra peut-être y venir. Mais ce sera plus tard, en tout cas après les élections législatives allemandes de 2013.

La rédaction vous recommande